Une journée pour célébrer la femme

6 MARS 2015

(FREDERICTON, N.-B.) - Le chef du Parti vert du Nouveau-Brunswick et député de Fredericton-sud David Coon rejoint en solidarité avec les femmes du Nouveau-Brunswick et dans le monde en soutenant le thème de la Journée internationale de la femme 2015, « Autonomisation des femmes – Autonomisation de l'humanité : Imaginez ! »

« Ce dimanche est une célébration de l'esprit », a déclaré M. Coon.

« L'inégalité des femmes dans nos communautés doit être éliminée en mettant l'accent sur une action efficace par tous les moyens dont nous disposons en tant qu'individus et comme décideurs. J'ai été ravi d'apprendre que Sue Calhoun, qui a tant fait pour le compte de la femme au Nouveau-Brunswick est un délégué à la 59e Commission de la condition de la femme à l'Organisation des Nations Unies à New York », a ajouté le chef du Parti vert.

Il a dit que, bien que beaucoup de progrès ont été réalisés depuis la première Journée de la femme a été observé il y a plus d'un siècle, il y a encore beaucoup à faire.
« Avec des taux d'aide sociale au Nouveau-Brunswick le plus bas au Canada atlantique, ce est pas étonnant que les femmes et les enfants représentent toujours la majorité des personnes qui comptent sur les banques alimentaires », il a dit.

Megan Mitton, la porte-parole de l'égalité des femmes pour le Parti vert du Nouveau-Brunswick est d'accord. « Nous ne pouvons pas faire preuve de complaisance et d'accepter l'injustice et les inégalités qui affectent encore les femmes dans nos communautés. Les femmes dans notre province sont touchées négativement par l'absence de l'équité salariale, la garde d'enfants universelle et l'accès aux services de santé dont elles ont besoin en matière de reproduction ».

Le député de Fredericton-sud a déclaré que la décision du gouvernement d'abroger le règlement 84-20 de la Loi sur le paiement des services médicaux qui avaient besoin les femmes à demander l'autorisation de deux médecins d'accéder à des services d'avortement est un important pas en avant, mais a ajouté qu'il ne suffit pas pour les femmes car il ne finance pas les services dans la communauté où les soins plus compatissant et abordable peuvent être fournis.

La première Journée de la femme a été observée en février 1909 à la reconnaissance de la grève des travailleurs de l'habillement à New York lorsque les femmes ont protesté contre les conditions de travail médiocres. En 1913, un groupe de femmes russes qui ont milité pour la paix ont décidé que le 8 mars serait célébrée chaque année comme la Journée internationale de la femme.

-30-

Nos principes

>Droits et responsabilités écologiques

Une culture fondée sur la coopération, la compassion et la compréhension est essentielle pour éradiquer la violence dans notre société. Notre système juridique doit avoir pour objectif la réadaptation plutôt que la répression.

>Autonomie locale

Nous devons, en tant que citoyens, avoir la possibilité et la responsabilité de contribuer au bien commun. Il est fondamental que tous aient le pouvoir de participer à la vie de la collectivité.

>Démocratie participative

Tous devraient avoir le même accès aux biens de première nécessité et être traités avec dignité et respect. Les traités conclus avec les Premières nations doivent être respectés.

>Justice sociale et égalité

Nous devons pouvoir participer aux décisions qui concernent notre vie et être assurés que notre vote se reflète dans la composition de l’Assemblée législative.

>Autodétermination et citoyenneté

Nos collectivités doivent avoir l’entière responsabilité de leur avenir, soutenues par une robuste économie locale et par des sources durables d’aliments locaux et d’énergie renouvelable.

> Une culture de la paîx et du respect

Nous devons apprendre à vivre dans les limites écologiques de notre planète et répondre efficacement à nos besoins énergétiques sans le faire aux dépens des générations futures, ni menacer la survie d’autres espèces.

Signe administratif