DEUXIÈME LECTURE DU PROJET DE LOI VISANT À RÉTABLIR L’ÉQUITÉ AU SECTEUR FORESTIER

Fredericton — Aujourd’hui à l’Assemblée législative, David Coon, député de Fredericton-Sud et chef du Parti vert du Nouveau-Brunswick, présentera, à l’étape de la deuxième lecture, ses modifications de la Loi sur les terres et forêts de la Couronne. Le projet de loi 29 intitulé Loi modifiant la Loi sur les terres et forêts de la Couronne, permettra le rétablissement de l’équité au secteur forestier, reconnaîtra les droits ancestraux et issus de traités ainsi que les valeurs communautaires, et assurera l’intégrité écologique à long terme.

« Les Néo-Brunswickois(e)s seraient consternés d’apprendre que notre loi sur les forêts n’adresse ni la durabilité écologique ni les droits des autochtones issus de traités, n’assure ni l’impartialité pour les propriétaires de boisés privés ou les exploitants indépendants de scieries » dit Coon. « Mon projet de loi est une première étape pour adresser les lacunes évidentes dans Loi sur les terres et forêts de la Couronne du Nouveau-Brunswick. »

En novembre 2015, trente-six organismes provinciaux représentant des propriétaires de boisés privés, des naturalistes, des environnementalistes, des chasseurs et des pêcheurs se sont rassemblés avec trente autres membres de la communauté scientifique et académiques néo-brunswickoises afin de demander au gouvernement de développer une nouvelle loi sur les terres et forêts de la Couronne.

« Ce regroupement des néo-brunswickois.es désirait que ce nouveau projet de loi émet des principes clairs quant à la gestion de nos forêts publiques » dit Coon. « Mon projet de loi va ajouter une déclaration d’intention et préciser clairement les responsabilités des ministres administrant ce projet de loi visant à protéger l’intégrité écologique des terres de la Couronne et rétablir l’équité au secteur forestier. »

    Nos principes

    > Non-Violence

    Une culture fondée sur la coopération, la compassion et la compréhension est essentielle pour éradiquer la violence dans notre société. Notre système juridique doit avoir pour objectif la réadaptation plutôt que la répression.

    >Autodétermination et citoyenneté

    Nous devons, en tant que citoyens, avoir la possibilité et la responsabilité de contribuer au bien commun. Il est fondamental que tous aient le pouvoir de participer à la vie de la collectivité.

    >Justice sociale et égalité

    Tous devraient avoir le même accès aux biens de première nécessité et être traités avec dignité et respect. Les traités conclus avec les Premières nations doivent être respectés.

    >Démocratie participative

    Nous devons pouvoir participer aux décisions qui concernent notre vie et être assurés que notre vote se reflète dans la composition de l’Assemblée législative.

    >Autonomie locale

    Nos collectivités doivent avoir l’entière responsabilité de leur avenir, soutenues par une robuste économie locale et par des sources durables d’aliments locaux et d’énergie renouvelable.

    >Droits et responsabilités écologiques

    Nous devons apprendre à vivre dans les limites écologiques de notre planète et répondre efficacement à nos besoins énergétiques sans le faire aux dépens des générations futures, ni menacer la survie d’autres espèces.

    Signe administratif