Un plan d’action crédible sur le climat est nécessaire avant qu’un plan sur le pétrole et le gaz soit déposé

2 MAI 2013

Le chef du Parti vert David Coon affirme que l’appui des conservateurs et les libéraux à l’expansion de l’industrie pétrolière et gazière sapent leur engagement envers la réduction des émissions des gaz à effet de serre.

Durant les 11 dernières années, les émissions de carbone provenant du secteur de la production d’électricité ont été réduites par près de 17 %, soit une diminution d’un million de tonnes, pendant que les émissions provenant de la production et du raffinement des carburants fossiles a presque doublé en augmentant par 1,3 million de tonnes, selon les dernières données publiées le mois dernier par l’Inventaire national du Canada des émissions des gaz à effet de serre préparé par Environnement Canada.

 « Les changements climatiques augmentent le cout de presque tout à partir des assurances des maisons et de l’épicerie jusqu’aux réparations des routes et aux compensations des victimes d’inondations, » rappelle le chef du Parti vert, David Coon. « L’administration Alward doit décréter un plafond juridiquement contraignant pour les émissions de carbone et déposer un plan d’action crédible sur le climat avant de contempler la publication d’un plan pour le pétrole et le gaz, » propose Coon. « Le doublement des émissions par le secteur du pétrole et du gaz a annulé tous les progrès que nous avions réalisés afin de réduire les émissions du secteur de la production d’électricité, » constate Coon.

Les administrations Lord et Graham s’étaient engagées à réduire les émissions du Nouveau-Brunswick au niveau de 1990 avant 2012. L’administration Alward s’est engagée dans son plan pour l’énergie à réaliser une réduction additionnelle de 10 % d’ici 2020. Mais depuis 2011, les émissions du Nouveau-Brunswick ont augmenté par 16 %, soit par 2,6 millions de tonnes de plus qu’elles étaient en 1990.

Le premier plan d’action du Nouveau-Brunswick pour le climat s’est terminé l’an dernier et rien ne l’a remplacé.

Nos principes

>Droits et responsabilités écologiques

Une culture fondée sur la coopération, la compassion et la compréhension est essentielle pour éradiquer la violence dans notre société. Notre système juridique doit avoir pour objectif la réadaptation plutôt que la répression.

>Autonomie locale

Nous devons, en tant que citoyens, avoir la possibilité et la responsabilité de contribuer au bien commun. Il est fondamental que tous aient le pouvoir de participer à la vie de la collectivité.

>Démocratie participative

Tous devraient avoir le même accès aux biens de première nécessité et être traités avec dignité et respect. Les traités conclus avec les Premières nations doivent être respectés.

>Justice sociale et égalité

Nous devons pouvoir participer aux décisions qui concernent notre vie et être assurés que notre vote se reflète dans la composition de l’Assemblée législative.

>Autodétermination et citoyenneté

Nos collectivités doivent avoir l’entière responsabilité de leur avenir, soutenues par une robuste économie locale et par des sources durables d’aliments locaux et d’énergie renouvelable.

> Une culture de la paîx et du respect

Nous devons apprendre à vivre dans les limites écologiques de notre planète et répondre efficacement à nos besoins énergétiques sans le faire aux dépens des générations futures, ni menacer la survie d’autres espèces.

Signe administratif