David Coon appuie les initiatives anti-intimidation sur la Journée du chandail rose

24 FÉVRIER 2015

(FREDERICTON, N.-B.) – Le chef du Parti vert et député de Fredericton-sud, David Coon, encourage les citoyens de la province à reconnaître la Journée du chandail rose, le 25 février, comme un jour conçu pour mettre en évidence les dangers de l'intimidation et l'importance de créer une société dans laquelle il ne sera pas toléré.

M. Coon invite tous les Néo-Brunswickois à participer à la promotion des activités liées à la Journée du chandail rose.

« En répondant à cet appel nous nous joignons à un effort de vague dans le monde pour arrêter l'intimidation sous toutes ses formes et tous ses sites, » a déclaré M. Coon. « En portant une chemise rose le 25 février, nous devenons partie d'une conversation nécessaire sur un sujet grave ».

Le chef du Parti vert a déclaré que la Journée du chandail rose n'est pas seulement une histoire anti-intimidation, mais une histoire de ce qui peut être accompli quand un groupe de jeunes prend position. L'histoire de la chemise rose a commencé en 2007, lorsque deux adolescents de la Nouvelle-Écosse ont refusé de rester silencieux quand un autre étudiant a été victime d'intimidation pour avoir porté une chemise rose. Ils ont rallié leurs amis pour porter du rose à l'école le lendemain comme une manifestation de soutien. Leur histoire se répandit et la chemise rose est devenue synonyme de l'élimination de l'intimidation.

Le chef du Parti vert dit qu'il va porter une chemise rose mercredi et il encourage tous les Néo-Brunswickois à faire le même.

« Nous sommes la voix de ceux qui ont été et sont encore réduits au silence par ce crime », a déclaré M. Coon. « Avec le simple fait de porter une chemise rose nous soutenons prise de conscience autour du sérieux impact que l'intimidation a sur toutes les personnes impliquées », il a ajouté.

Le député de Fredericton-sud exhorte le gouvernement provincial de continuer à financer et soutenir des programmes qui sensibilisent sur les dangers de l'intimidation et qui encouragent les élèves à travers la province pour se lever contre le traitement injuste de leurs pairs.

-30-

    Nos principes

    >Droits et responsabilités écologiques

    Une culture fondée sur la coopération, la compassion et la compréhension est essentielle pour éradiquer la violence dans notre société. Notre système juridique doit avoir pour objectif la réadaptation plutôt que la répression.

    >Autonomie locale

    Nous devons, en tant que citoyens, avoir la possibilité et la responsabilité de contribuer au bien commun. Il est fondamental que tous aient le pouvoir de participer à la vie de la collectivité.

    >Démocratie participative

    Tous devraient avoir le même accès aux biens de première nécessité et être traités avec dignité et respect. Les traités conclus avec les Premières nations doivent être respectés.

    >Justice sociale et égalité

    Nous devons pouvoir participer aux décisions qui concernent notre vie et être assurés que notre vote se reflète dans la composition de l’Assemblée législative.

    >Autodétermination et citoyenneté

    Nos collectivités doivent avoir l’entière responsabilité de leur avenir, soutenues par une robuste économie locale et par des sources durables d’aliments locaux et d’énergie renouvelable.

    > Une culture de la paîx et du respect

    Nous devons apprendre à vivre dans les limites écologiques de notre planète et répondre efficacement à nos besoins énergétiques sans le faire aux dépens des générations futures, ni menacer la survie d’autres espèces.

    Signe administratif