Fin à la pauvreté maintenant

20 DÉCEMBRE 2012

Selon le chef du Parti vert du Nouveau-Brunswick, durant cette période de l’année, le nombre grandissant de familles qui doivent avoir recours aux banques alimentaires et à la charité pour passer dignement la fête de Noël indique dans quelle mesure les gouvernements ont abandonné leur rôle de garantir à tous une vie digne tout au long de l’année. Les Verts voudraient que l’administration Alward cesse de décharger ses responsabilités envers les pauvres sur les églises, les organisations bénévoles et les philanthropes.

« Comme l’écrivain anglais Eli Khamarov a écrit, « Vivre dans la pauvreté est tout comme être puni pour un crime qu’on n’a pas commis, » rappelle David Coon, chef du Parti vert. « Il est temps d’arrêter de punir ceux qui vivent dans la pauvreté et de mettre suffisamment de revenus dans leurs mains pour qu’ils puissent se loger, se chauffer, et payer pour leur alimentation, » affirme Coon. « Je ne peux penser à une meilleure façon de stimuler l’économie. »

Le Parti vert veut que l’administration Alward crée un revenu minimum garanti pour éliminer l’extrême pauvreté. « Nous sommes une société riche qui valorise la bienveillance et le partage, alors assurons-nous que nos richesses soient utilisées pour mettre fin à la pauvreté, plutôt que de la placer dans les poches de ceux qui n’ont pas besoin d’allègements d’impôts ou de diminutions de taxes sur les propriétés, » suggère Coon.

Plus de 100 000 Néobrunswickois vivent dans la pauvreté aujourd’hui; 45 % sont des mères monoparentales et 11 % sont des personnes âgées. La demande continue d’augmenter dans les banques alimentaires.

« Juste parce que quelqu’un est handicapé, souffre d’une maladie physique ou mentale, vit avec des revenus fixes ou est piégé dans un emploi au salaire minimum, ne devrait pas être une condamnation de privation à vie, » rappelle Coon. « Il y a suffisamment d’argent pour tout le monde. »

Le Parti vert voudrait que le premier ministre David Alward institue un salaire minimum garanti pour remplacer les mesures actuelles d’appui au revenu afin que toutes les familles du Nouveau-Brunswick puissent se payer les nécessités de base pour une vie digne. « Si cette année, toutes les personnes qui ont fait des dons de nourriture, de jouet ou d’argent pour Noël écrivaient une lettre au premier ministre pour lui demander qu’il agisse pour mettre fin à la pauvreté, nous pourrions attirer son attention à ce problème, » suggère Coon.

Un revenu minimum garanti a été expérimenté à Dauphin au Manitoba et ce fut un grand succès pour sortir les femmes et les jeunes de la pauvreté.

    Nos principes

    >Droits et responsabilités écologiques

    Une culture fondée sur la coopération, la compassion et la compréhension est essentielle pour éradiquer la violence dans notre société. Notre système juridique doit avoir pour objectif la réadaptation plutôt que la répression.

    >Autonomie locale

    Nous devons, en tant que citoyens, avoir la possibilité et la responsabilité de contribuer au bien commun. Il est fondamental que tous aient le pouvoir de participer à la vie de la collectivité.

    >Démocratie participative

    Tous devraient avoir le même accès aux biens de première nécessité et être traités avec dignité et respect. Les traités conclus avec les Premières nations doivent être respectés.

    >Justice sociale et égalité

    Nous devons pouvoir participer aux décisions qui concernent notre vie et être assurés que notre vote se reflète dans la composition de l’Assemblée législative.

    >Autodétermination et citoyenneté

    Nos collectivités doivent avoir l’entière responsabilité de leur avenir, soutenues par une robuste économie locale et par des sources durables d’aliments locaux et d’énergie renouvelable.

    > Une culture de la paîx et du respect

    Nous devons apprendre à vivre dans les limites écologiques de notre planète et répondre efficacement à nos besoins énergétiques sans le faire aux dépens des générations futures, ni menacer la survie d’autres espèces.

    Signe administratif