Reconstruire nos relations avec les autochtones

19 SEPTEMBRE 2014

Fredericton – Aujourd'hui, le chef du Parti vert David Coon s'est rendu sur les terres non cédées des Malécites, situées sur les rives du fleuve Saint-Jean à Fredericton, afin de reconnaître et de renouveler le traité de paix et d'amitié avec les Autochtones du Nouveau-Brunswick.

« Alors que je me trouve ici à côté de la rivière Wulustuk, sise sur le territoire traditionnel des Malécites, je m'engage, au nom d'un gouvernement vert, à légiférer sur le devoir de consulter les Premières Nations dans le respect des décisions de la Cour suprême et à mettre en œuvre les mécanismes pour le consentement préalable libre et éclairé en matière de développement des ressources. Nous allons renouveler les ententes de confiance et de partage, lesquelles marquent l'intention première des traités », déclare David Coon.

Il ajoute que rectifier les choses avec les Premières Nations en respectant les traités avec les peuples abénaquis, qui comprennent les Pescomodys, les Wolastoqiyiks et les Micmacs, constitue le fondement juridique de la relation entre le Nouveau-Brunswick et les Autochtones et n'est qu'une portion du plan du Parti vert.

David Coon affirme également qu'un gouvernement vert sera un allié pour les Premières Nations de la province dans leurs relations avec Ottawa.

Au premier rang de ces relations, il souligne l'importance de soutenir les programmes de langues autochtones en exerçant des pressions sur le gouvernement fédéral afin de financer l'enseignement par immersion de la langue autochtone dans les écoles.

En outre, un gouvernement vert lancera un programme d'éducation publique afin de sensibiliser les gens sur nos rapports fondés sur les traités actuels et antérieurs avec les Premières Nations. Cela permettra de mettre en place des assemblées de citoyens où les Autochtones et les non-Autochtones du Nouveau-Brunswick travailleront ensemble pour formuler des recommandations sur la façon dont nos traités de paix et d'amitié devront être respectés par notre province.

David Coon a aussi parlé de la nécessité pour les Autochtones et les non-Autochtones de collaborer afin de protéger l'environnement.

« L'eau est la source de toute vie et permet le maintien de la grande biodiversité du Nouveau-Brunswick, en plus de sa diversité sociale. Notre gouvernement adoptera une loi pour protéger l'eau, car lorsque nous prenons soin de notre eau, nous nous soucions également les uns des autres et nous respectons les obligations issues de traités que nous avons les uns envers les autres », soutient le chef du Parti vert.

    Nos principes

    > Non-Violence

    Une culture fondée sur la coopération, la compassion et la compréhension est essentielle pour éradiquer la violence dans notre société. Notre système juridique doit avoir pour objectif la réadaptation plutôt que la répression.

    >Autodétermination et citoyenneté

    Nous devons, en tant que citoyens, avoir la possibilité et la responsabilité de contribuer au bien commun. Il est fondamental que tous aient le pouvoir de participer à la vie de la collectivité.

    >Justice sociale et égalité

    Tous devraient avoir le même accès aux biens de première nécessité et être traités avec dignité et respect. Les traités conclus avec les Premières nations doivent être respectés.

    >Démocratie participative

    Nous devons pouvoir participer aux décisions qui concernent notre vie et être assurés que notre vote se reflète dans la composition de l’Assemblée législative.

    >Autonomie locale

    Nos collectivités doivent avoir l’entière responsabilité de leur avenir, soutenues par une robuste économie locale et par des sources durables d’aliments locaux et d’énergie renouvelable.

    >Droits et responsabilités écologiques

    Nous devons apprendre à vivre dans les limites écologiques de notre planète et répondre efficacement à nos besoins énergétiques sans le faire aux dépens des générations futures, ni menacer la survie d’autres espèces.

    Signe administratif