Les projet de loi du chef du Parti vert mourront au feuilleton

8 JUILLET 2016

disappointment.jpgFredericton – David Coon, chef du Parti vert du Nouveau-Brunswick et député de Fredericton-sud est déçu puisque il vraisemblable que ses quatre projets de loi et motions mourront au feuilleton lorsque l’Assemblé législative s’ajournera cette semaine.

« À cause de l’horaire sporadique présentée par le gouvernement cette session, je n’ai pas pu passer à travers la moitié de mon programme législatif, » dit M. Coon. « Deux de mes projets de loi n’ont même pas passées l’étape de la deuxième lecture. »

À présent, voici l’état des projets de loi à M. Coon :

Projet de loi 5 : Loi sur les emplois verts – le projet de loi a été adopté à l’étape de la deuxième lecture et envoyé au Comité permanent de modification des lois. Ce comité pourrait se rencontrer pendant l’été et le projet de loi évalué avant que l’Assemblé soit prorogé à l’automne.

- Projet de loi 10 : Loi modifiant la Loi sur l’éducation– le projet de loi a été adopté à l’étape de la deuxième lecture avec le consentement unanime de la Chambre et a été envoyé au Comité plénier où il attend l’appui du gouvernement pour le faire avancer.

Projet de loi 13 : Loi modifiant la Loi sur la passation des marchés publics – a été adopté à l’étape de la première lecture.

Projet de loi 14 : Loi sur la participation aux affaires publique– a été adopté à l’étape de la première lecture.

Motion 15 : Rédigez une description de poste pour les députés – n’a pas été considéré en Chambre.

« Les Néo-Brunswickois désirent que nous travaillons ensemble pour trouver des solutions. Ils s’en fichent du parti qui propose une loi, motion, modifications à une loi ou une nouvelle politique, » exprime M. Coon. « Le gouvernement devrait s’en ficher aussi. »

Nos principes

>Droits et responsabilités écologiques

Une culture fondée sur la coopération, la compassion et la compréhension est essentielle pour éradiquer la violence dans notre société. Notre système juridique doit avoir pour objectif la réadaptation plutôt que la répression.

>Autonomie locale

Nous devons, en tant que citoyens, avoir la possibilité et la responsabilité de contribuer au bien commun. Il est fondamental que tous aient le pouvoir de participer à la vie de la collectivité.

>Démocratie participative

Tous devraient avoir le même accès aux biens de première nécessité et être traités avec dignité et respect. Les traités conclus avec les Premières nations doivent être respectés.

>Justice sociale et égalité

Nous devons pouvoir participer aux décisions qui concernent notre vie et être assurés que notre vote se reflète dans la composition de l’Assemblée législative.

>Autodétermination et citoyenneté

Nos collectivités doivent avoir l’entière responsabilité de leur avenir, soutenues par une robuste économie locale et par des sources durables d’aliments locaux et d’énergie renouvelable.

> Une culture de la paîx et du respect

Nous devons apprendre à vivre dans les limites écologiques de notre planète et répondre efficacement à nos besoins énergétiques sans le faire aux dépens des générations futures, ni menacer la survie d’autres espèces.

Signe administratif