LE CHEF DU PARTI VERT DEMANDE QUE SOIT ÉLARGI LE MANDAT DE LA COMMISSION D’ENQUÊTE SUR L’IMPÔT FONCIER

Fredericton – David Coon, député de Fredericton-Sud et chef du Parti vert du Nouveau-Brunswick, invite le premier ministre à élargir la portée du mandat pour l’examen de l’impôt foncier.

« J’étais content de voir ma demande concernant la tenue d’une enquête publique menée par un éminent juriste accueillie par le premier ministre, mais la portée du mandat de l’examen est trop étroite », a dit M. Coon. « Je suis d’accord avec le premier ministre sur le fait que nous devons rebâtir la confiance des gens du Nouveau-Brunswick en notre système d’imposition foncière, mais cela ne sera possible que si le système est réformé de façon à ce que chacun paie sa juste part. Les ententes politiques antérieures au titre desquelles des propriétés industrielles et des propriétés commerciales sont délibérément sous-évaluées doivent être éliminées. »

Le chef du Parti vert voudrait que l’enquête publique se déroule en deux étapes. Il est prévu que, d’ici au 1er août, le juge Robertson fera rapport sur les circonstances qui ont mené à ce qu’un grand nombre de personnes du Nouveau-Brunswick reçoivent de fausses factures d’impôt foncier. Il affirme que l’enquête publique devrait comporter une deuxième étape visant à examiner le manque d’équité du système d’évaluation foncière et à formuler des recommandations quant aux moyens de le rendre plus juste.

Entre-temps, M. Coon demande au premier ministre de cesser toute évaluation ultérieure au moyen du nouveau système jusqu’à ce que le juge Robertson ait déposé son rapport, cet été.

    Nos principes

    >Droits et responsabilités écologiques

    Une culture fondée sur la coopération, la compassion et la compréhension est essentielle pour éradiquer la violence dans notre société. Notre système juridique doit avoir pour objectif la réadaptation plutôt que la répression.

    >Autonomie locale

    Nous devons, en tant que citoyens, avoir la possibilité et la responsabilité de contribuer au bien commun. Il est fondamental que tous aient le pouvoir de participer à la vie de la collectivité.

    >Démocratie participative

    Tous devraient avoir le même accès aux biens de première nécessité et être traités avec dignité et respect. Les traités conclus avec les Premières nations doivent être respectés.

    >Justice sociale et égalité

    Nous devons pouvoir participer aux décisions qui concernent notre vie et être assurés que notre vote se reflète dans la composition de l’Assemblée législative.

    >Autodétermination et citoyenneté

    Nos collectivités doivent avoir l’entière responsabilité de leur avenir, soutenues par une robuste économie locale et par des sources durables d’aliments locaux et d’énergie renouvelable.

    > Une culture de la paîx et du respect

    Nous devons apprendre à vivre dans les limites écologiques de notre planète et répondre efficacement à nos besoins énergétiques sans le faire aux dépens des générations futures, ni menacer la survie d’autres espèces.

    Signe administratif