Le chef du Parti vert est inquiet par le nouveau programme d’emplois d’été pour les étudiants

12 MAI 2016

Fredericton – Le vendredi 6 mai, David Coon, chef du Parti vert du Nouveau-Brunswick et député de Fredericton-Sud, a écrit à Francine Landry, la ministre de l’Éducation postsecondaire, de la Formation et du Travail, pour lui faire part de ses préoccupations concernant la restructuration du programme d’emplois d’été pour les étudiants de la province.

« Lorsque les étudiants se sont inscrits au programme en avril, ils ne savaient pas qu’ils faisaient concurrence pour l’un des rares certificats d’admissibilité au programme d’emplois d’été subventionnés par la province », a dit M.Coon. « De plus, le secteur privé peut maintenant engager des étudiants dans le cadre du programme de subvention de la province, ce qui désavantage particulièrement les groupes communautaires à but non lucratif. »

Le programme Stage d’emploi étudiant pour demain (SEED) vise deux objectifs : offrir aux étudiants des emplois d’été intéressants et appuyer les programmes et les services estivaux des organismes communautaires à but non lucratif, y compris les musées locaux. Le volet Programme d’emploi prioritaire du programme SEED, qui permettait aux musées d’engager des étudiants, a été complètement éliminé.

« Offrir des subventions au secteur privé pour engager des étudiants d’été menace les programmes et les services de certains groupes communautaires, puisqu’ils n’ont pas les moyens de compléter le salaire minimum offert par la province », a expliqué M.Coon. « L’élimination du programme visant les musées n’est pas du tout logique. »

Le chef du Parti vert rencontrera plus tard cette semaine des représentants ministériels en vue de demander l’amélioration du programme.

Nos principes

>Droits et responsabilités écologiques

Une culture fondée sur la coopération, la compassion et la compréhension est essentielle pour éradiquer la violence dans notre société. Notre système juridique doit avoir pour objectif la réadaptation plutôt que la répression.

>Autonomie locale

Nous devons, en tant que citoyens, avoir la possibilité et la responsabilité de contribuer au bien commun. Il est fondamental que tous aient le pouvoir de participer à la vie de la collectivité.

>Démocratie participative

Tous devraient avoir le même accès aux biens de première nécessité et être traités avec dignité et respect. Les traités conclus avec les Premières nations doivent être respectés.

>Justice sociale et égalité

Nous devons pouvoir participer aux décisions qui concernent notre vie et être assurés que notre vote se reflète dans la composition de l’Assemblée législative.

>Autodétermination et citoyenneté

Nos collectivités doivent avoir l’entière responsabilité de leur avenir, soutenues par une robuste économie locale et par des sources durables d’aliments locaux et d’énergie renouvelable.

> Une culture de la paîx et du respect

Nous devons apprendre à vivre dans les limites écologiques de notre planète et répondre efficacement à nos besoins énergétiques sans le faire aux dépens des générations futures, ni menacer la survie d’autres espèces.

Signe administratif