Le Parti vert dévoile son plan pour l’équité dans la forêt

8 SEPTEMBRE 2014

(FREDERICTON N-B) – Debout devant une scierie abandonnée, mais remise en marche grâce à des investisseurs locaux et à de propriétaires de lots boisés, le chef du Parti vert David Coon a dévoilé son plan pour introduire l’équité dans l’attribution du bois des terres de la Couronne.

Accompagné par Andrew Clark, ancien président de la Fédération de propriétaires de lots boisés du Nouveau-Brunswick et candidat du Parti vert dans Carleton, Coon a réclamé une approche équitable pour l’attribution des ressources forestières de la province.

« Les scieries indépendantes n’ont pas accès au bois des terres de la Couronne parce que celles-ci sont contrôlées par les grandes compagnies forestières, alors ces scieries doivent constamment cesser de fonctionner et mettre à pied leurs employés, constate Coon. « Par ailleurs, les Premières nations ne sont pas considérées, et il est impossible pour une nouvelle entreprise d’avoir accès aux ressources forestières avec le régime actuel, » ajoute Coon, chef du Parti vert. Nous allons modifier tout cela afin de créer de nouvelles occasions pour les entreprises locales et créer de nouveaux emplois locaux et en incluant les Premières nations. » 

Le chef du Parti vert David Coon a annoncé la planification de son parti pour introduire l’équité dans le secteur forestier.

  • Promulguer une nouvelle loi sur les terres et forêts de la Couronne et annuler les contrats signés par l’administration Alward avec les compagnies forestières qui garantissent une augmentation de l’approvisionnement en bois pour les prochains 25 ans et obligent l’administration à fournir ce bois à des prix compétitifs.
  • Restaurer le statut de Source première d’approvisionnement des grandes compagnies forestières aux lots privés
  • Remplacer la loi sur les terres et forêts de la Couronne et par une loi sur la durabilité des forêts.Cette loi retirerait la gestion des terres et forêts de la Couronne des mains des grandes entreprises comme J.D. Irving et Fornebu Lumber. Les services de gestion forestière seraient fournis par des coopératives, des entreprises sociales ou commerciales en vertu d’accord avec le ministère des Ressources naturelles, les Premières nations ou les municipalités, selon le cas.
  • Prévoir la création de Permis de foresterie communautaire, comme il en existe en Colombie-Britannique, adjacent aux ou à l’intérieur des Premières nations et des municipalités.


« Les terres de la Couronne devraient être une immense source d’emplois verts locaux et d’occasions pour des entreprises vertes qui renforceront nos économies rurales et celles Premières nations. Ce n’est pas le cas, mais le Parti vert va l’encourager, » affirme Coon.

    Nos principes

    >Droits et responsabilités écologiques

    Une culture fondée sur la coopération, la compassion et la compréhension est essentielle pour éradiquer la violence dans notre société. Notre système juridique doit avoir pour objectif la réadaptation plutôt que la répression.

    >Autonomie locale

    Nous devons, en tant que citoyens, avoir la possibilité et la responsabilité de contribuer au bien commun. Il est fondamental que tous aient le pouvoir de participer à la vie de la collectivité.

    >Démocratie participative

    Tous devraient avoir le même accès aux biens de première nécessité et être traités avec dignité et respect. Les traités conclus avec les Premières nations doivent être respectés.

    >Justice sociale et égalité

    Nous devons pouvoir participer aux décisions qui concernent notre vie et être assurés que notre vote se reflète dans la composition de l’Assemblée législative.

    >Autodétermination et citoyenneté

    Nos collectivités doivent avoir l’entière responsabilité de leur avenir, soutenues par une robuste économie locale et par des sources durables d’aliments locaux et d’énergie renouvelable.

    > Une culture de la paîx et du respect

    Nous devons apprendre à vivre dans les limites écologiques de notre planète et répondre efficacement à nos besoins énergétiques sans le faire aux dépens des générations futures, ni menacer la survie d’autres espèces.

    Signe administratif