Le chef du Parti vert demande un vote libre sur les gaz de schiste

24 OCTOBRE 2013

Le chef du Parti vert du Nouveau-Brunswick demande un vote libre sur la suspension des permis d’exploration des gaz de schiste lorsque l’Assemblée législative se réunira dans deux semaines.

« Je veux voir les représentants de la population de notre province consulter leurs électeurs, sonder leur conscience et voter librement sur la suspension des permis que le gouvernement a émis pour l’exploration des gaz de schiste, » affirme Coon. « Il est essentiel que chaque membre de l’Assemblée législative prenne position sur cet enjeu qui n’a pas été initié par leur parti et qui ne comporte aucune obligation de vote par leur parti, » rappelle Coon.

La reprise des travaux de l’Assemblée législative du Nouveau-Brunswick aura lieu le mardi 5 novembre avec le discours du Trône.

Le chef du Parti vert fait remarquer que dans notre système parlementaire tous les membres de l’Assemblée législative ont le devoir d’examiner et de mettre au défi les travaux proposés par l’administration. Cela n’a pas fait partie de leur routine parce que nos députés aujourd’hui doivent suivre la ligne de pensée tracée par leur parti et voter automatiquement avec leur chef quelle que soit le bien-fondé de l’enjeu étudié. C’est une pratique que le Parti vert promet de modifier.

« Le premier ministre Alward et ses collègues du cabinet ont perdu la confiance d’une grande partie des Néobrunswickois après leur décision d’aller de l’avant avec l’exploration et l’exploitation des gaz de schiste. Il est temps que tous les membres de l’Assemblée législative prennent position sur cet enjeu sans crainte de représailles des chefs de leur parti, » affirme Coon.

    Nos principes

    >Droits et responsabilités écologiques

    Une culture fondée sur la coopération, la compassion et la compréhension est essentielle pour éradiquer la violence dans notre société. Notre système juridique doit avoir pour objectif la réadaptation plutôt que la répression.

    >Autonomie locale

    Nous devons, en tant que citoyens, avoir la possibilité et la responsabilité de contribuer au bien commun. Il est fondamental que tous aient le pouvoir de participer à la vie de la collectivité.

    >Démocratie participative

    Tous devraient avoir le même accès aux biens de première nécessité et être traités avec dignité et respect. Les traités conclus avec les Premières nations doivent être respectés.

    >Justice sociale et égalité

    Nous devons pouvoir participer aux décisions qui concernent notre vie et être assurés que notre vote se reflète dans la composition de l’Assemblée législative.

    >Autodétermination et citoyenneté

    Nos collectivités doivent avoir l’entière responsabilité de leur avenir, soutenues par une robuste économie locale et par des sources durables d’aliments locaux et d’énergie renouvelable.

    > Une culture de la paîx et du respect

    Nous devons apprendre à vivre dans les limites écologiques de notre planète et répondre efficacement à nos besoins énergétiques sans le faire aux dépens des générations futures, ni menacer la survie d’autres espèces.

    Signe administratif