Les Verts s'abstiennent lors du vote sur le projet de loi 11

FREDERICTON – Le caucus vert soutient les programmes de vaccination efficaces. Les députés verts font confiance à la science des vaccins, à leur efficacité pour prévenir les maladies, et estiment que tout le monde devrait se faire vacciner s'ils le peuvent.

Le Caucus vert s'est abstenu de voter sur le projet de loi-11, Loi concernant la preuve d'immunisation. Le projet de loi met en œuvre une suppression générale de l’exemption parentale, sauf pour des raisons médicales, de la loi provinciale sur la vaccination.

« Notre caucus estime que c’est la médecin-hygiéniste en chef qui devrait avoir l’autorité de suspendre l'exemption parentale si elle le juge nécessaire à des fins de santé publique, et non ce projet de loi à motivation politique », a déclaré le chef du Parti vert, David Coon.

Coon a proposé trois amendements au projet de loi 11. Il s'agissait notamment de donner au médecin-hygiéniste en chef l'autorité de suspendre l'exemption parentale, d'exiger l'approbation du ministre de la Santé pour permettre au ministre de l'Éducation de prendre toute décision concernant les politiques de vaccination dans les écoles, et de donner à la médecin-hygiéniste en chef le mandat de fournir aux parents des informations sur la vaccination. Les trois amendements ont été défaits au stade du Comité, ce qui a conduit les députés verts à s'abstenir lors du vote final.

« Le ministre de l'Éducation a déclaré au comité législatif qui étudie le projet de loi que seulement 1% des parents ont utilisé les exemptions disponibles au niveau de la vaccination obligatoire, et que les taux élevés de vaccination actuels fournissent l'immunité collective requise dans nos écoles », a déclaré Coon. « Il n'y a tout simplement aucune raison de santé publique, pour le moment, de refuser une éducation publique de qualité à la poignée d'enfants dont les parents ont utilisé l'exemption. »

Nos principes

>Droits et responsabilités écologiques

Une culture fondée sur la coopération, la compassion et la compréhension est essentielle pour éradiquer la violence dans notre société. Notre système juridique doit avoir pour objectif la réadaptation plutôt que la répression.

>Autonomie locale

Nous devons, en tant que citoyens, avoir la possibilité et la responsabilité de contribuer au bien commun. Il est fondamental que tous aient le pouvoir de participer à la vie de la collectivité.

>Démocratie participative

Tous devraient avoir le même accès aux biens de première nécessité et être traités avec dignité et respect. Les traités conclus avec les Premières nations doivent être respectés.

>Justice sociale et égalité

Nous devons pouvoir participer aux décisions qui concernent notre vie et être assurés que notre vote se reflète dans la composition de l’Assemblée législative.

>Autodétermination et citoyenneté

Nos collectivités doivent avoir l’entière responsabilité de leur avenir, soutenues par une robuste économie locale et par des sources durables d’aliments locaux et d’énergie renouvelable.

> Une culture de la paîx et du respect

Nous devons apprendre à vivre dans les limites écologiques de notre planète et répondre efficacement à nos besoins énergétiques sans le faire aux dépens des générations futures, ni menacer la survie d’autres espèces.

Signe administratif