La critique de l’Ėducation du Parti Vert dépose un projet de loi pour inclure l’enseignement des langues autochtones dans les écoles du N.-B.

Fredericton – Megan Mitton, la députée de Memramcook-Tantramar et critique de l’Éducation pour le Parti Vert a déposé un projet de loi pour modifier la Loi sur l’éducation afin d’ajouter l’enseignement des langues autochtones dans le programme d’études. 

« Le racisme systémique va au-delà du système policier. Les langues autochtones ont fait l’objet d’attaques systématiques pendant longtemps dans les écoles résidentielles et ensuite elles furent tout simplement ignorées dans le système d’éducation » affirme Mme Mitton. « Nous sommes à la veille d’assister à la disparition de ces langues au Nouveau-Brunswick; il y a au N.-B. moins de 100 locuteurs capables de parler couramment le wolastoqey et seulement près de  2 000 locuteurs mi’kmaq ».

La modification proposée ajouterait le terme langue au paragraphe 7(bj de la Loi sur l’éducation qui se lirait comme suit : 

Le Ministre prescrit ou approuve des programmes et des services qui encouragent une meilleure compréhension de l’histoire, de la langue et de la culture autochtones chez tous les élèves. 

« En 2017,  David Coon a fait adopter, avec l’appui de tous les partis, un projet de loi pour s’assurer que l’histoire et les cultures  des Premières nations soient inclus dans le programme d’études. Ce projet de modification  en est la suite logique et j’incite tous les députés à appuyer son adoption » affirme Mme Mitton. « Si nous voulons vraiment la réconciliation et le respect des droits des Premières nations, il est essentiel de faire des efforts de préservation  de la langue qui fait partie intégrante de la culture. » 

Nos principes

>Droits et responsabilités écologiques

Une culture fondée sur la coopération, la compassion et la compréhension est essentielle pour éradiquer la violence dans notre société. Notre système juridique doit avoir pour objectif la réadaptation plutôt que la répression.

>Autonomie locale

Nous devons, en tant que citoyens, avoir la possibilité et la responsabilité de contribuer au bien commun. Il est fondamental que tous aient le pouvoir de participer à la vie de la collectivité.

>Démocratie participative

Tous devraient avoir le même accès aux biens de première nécessité et être traités avec dignité et respect. Les traités conclus avec les Premières nations doivent être respectés.

>Justice sociale et égalité

Nous devons pouvoir participer aux décisions qui concernent notre vie et être assurés que notre vote se reflète dans la composition de l’Assemblée législative.

>Autodétermination et citoyenneté

Nos collectivités doivent avoir l’entière responsabilité de leur avenir, soutenues par une robuste économie locale et par des sources durables d’aliments locaux et d’énergie renouvelable.

> Une culture de la paîx et du respect

Nous devons apprendre à vivre dans les limites écologiques de notre planète et répondre efficacement à nos besoins énergétiques sans le faire aux dépens des générations futures, ni menacer la survie d’autres espèces.

Signe administratif