Nous avons besoin d'une enquête publique sur le racisme systémique au Nouveau-Brunswick

Déclaration du chef du Parti vert

Les chefs Wolastoqey ont d'abord demandé une enquête publique sur le racisme systémique au sein de la police et du système judiciaire le 6 juin, demande que mes collègues et moi-même avons appuyée. Les chefs des trois Premières nations du Nouveau-Brunswick doivent rencontrer le premier ministre demain, le 9 juillet, pour présenter leurs termes de référence pour une enquête publique.

Le premier ministre Higgs a été hésitant à appuyer une telle enquête, favorisant la création d'un groupe de travail pour faire le tri des recommandations pertinentes issues d'enquêtes nationales qui n'ont jamais été mises en œuvre. Toutefois, nous avons besoin d’une enquête publique réalisée au Nouveau-Brunswick qui aura pour objectif de déterminer si les systèmes de police et de justice sont biaisés contre les peuples autochtones ici chez eux, afin que des actions concrètes puissent être entreprises pour changer le système maintenant.

L'enquête doit être dirigée par des Autochtones et, comme le recommande le Grand Conseil Wolastoqey, inclure la participation des grand-mères Wabanaki aux discussions sur la réforme de notre police et de notre système judiciaire.

L'enquête forcera nos systèmes de police et de justice à faire de l'introspection et permettra à toute la population du Nouveau-Brunswick de voir la réalité à laquelle les peuples autochtones doivent faire face au quotidien.

Le premier ministre Higgs a la possibilité d'apporter des changements significatifs pour le bénéfice des peuples autochtones du Nouveau-Brunswick. Je lui demande donc d'abandonner son projet de créer un groupe de travail pour étudier les recommandations des enquêtes canadiennes et de lancer l'enquête publique qui est nécessaire pour comprendre la situation.

Les gouvernements successifs ont examiné les recommandations des enquêtes nationales antérieures sans agir sur aucune d'entre elles. Une enquête réalisée au Nouveau-Brunswick pour lutter contre le racisme systémique dans notre province est essentielle pour qu’un changement réel se produise, peu importe à quel point cela peut être inconfortable pour les peuples dont les ancêtres se sont installés sur ces terres au cours des 400 dernières années.

David Coon
Chef du Parti vert du Nouveau-Brunswick
Député de Fredericton-Sud

Nos principes

>Droits et responsabilités écologiques

Une culture fondée sur la coopération, la compassion et la compréhension est essentielle pour éradiquer la violence dans notre société. Notre système juridique doit avoir pour objectif la réadaptation plutôt que la répression.

>Autonomie locale

Nous devons, en tant que citoyens, avoir la possibilité et la responsabilité de contribuer au bien commun. Il est fondamental que tous aient le pouvoir de participer à la vie de la collectivité.

>Démocratie participative

Tous devraient avoir le même accès aux biens de première nécessité et être traités avec dignité et respect. Les traités conclus avec les Premières nations doivent être respectés.

>Justice sociale et égalité

Nous devons pouvoir participer aux décisions qui concernent notre vie et être assurés que notre vote se reflète dans la composition de l’Assemblée législative.

>Autodétermination et citoyenneté

Nos collectivités doivent avoir l’entière responsabilité de leur avenir, soutenues par une robuste économie locale et par des sources durables d’aliments locaux et d’énergie renouvelable.

> Une culture de la paîx et du respect

Nous devons apprendre à vivre dans les limites écologiques de notre planète et répondre efficacement à nos besoins énergétiques sans le faire aux dépens des générations futures, ni menacer la survie d’autres espèces.

Signe administratif