Les travailleurs

a.       Les normes d’emploi

Le Parti vert va s’assurer que la loi sur les normes d’emploi et ses règlements sont améliorés pour fournir aux travailleurs un niveau de vie et des conditions de travail décents.  De plus, il va s’assurer que des ressources soient investies dans la surveillance de l’application des normes.  À cet effet, une administration verte :

  • établirait des contrats d’emploi standard qui seront conformes aux normes d’emploi;
  • reformulerait la définition de la relation de travail pour inclure les entrepreneurs dépendants;
  • assurerait une indemnité de licenciement obligatoire pour les employés;
  • favoriserait l’accès aux informations sur les lois du travail, par exemple en s’assurant que les employeurs affichent dans un endroit bien visible sur les lieux de travail les droits et les protections des travailleurs tels qu’établis dans la loi sur les normes d’emploi;
  • accorderait aux employés une pause de 15 minutes payée toutes les trois heures de travail;
  • ajouterait une fête légale payée pour une célébration en février;
  • s’assurerait que pour toutes les heures dépassant la semaine de travail normale, l’employé recevra une prime additionnelle de 50 % de son salaire normal;
  • s’assurerait que les uniformes distribués par l’employeur seront offerts gratuitement aux employés qui travaillent au salaire minimum et que leur entretien ou charge aux employés qui gagnent plus que le salaire minimum ne diminue pas leur paye en dessous du salaire minimum.  Lorsqu’il est obligatoire de porter un uniforme avec un logo, l’employé n’est pas obligé de le payer ni de le nettoyer; et
  • s’assurerait que les employés reçoivent trois semaines de vacances après quatre années d’emploi continu, et quatre semaines de vacances après huit années d’emploi continu.

b.      Salaire minimum

Afin de s’assurer que les travailleurs soient indemnisés pour leur travail à un niveau qui leur permette de vivre dignement, une administration verte :

  • prévoirait une augmentation graduelle du salaire minimum pour qu’il atteigne 15 $/heure d’ici 2020 et l’ajusterait par la suite selon le cout de la vie le 1er avril de chaque année;
  • établirait un salaire minimum offrant un salaire basé sur les données du cout du marché pour un panier de biens et services estimé par Statistiques Canada au Nouveau-Brunswick; et
  • appuierait les petites entreprises par l’entremise de programmes pour compenser les couts additionnels d’emplois associés à l’augmentation du salaire minimum.

c.       Droits syndicaux

Une administration verte :

  • prévoirait une accréditation multi patronale, permettant aux employés qui font un travail semblable pour différentes sociétés, mais dirigés par le même propriétaire, de former une seule unité de négociation;
  • modifierait la loi sur les relations industrielles afin de prévenir l’utilisation d’employés substituts par l’employeur impliqué dans un conflit de travail et de prévenir l’utilisation de prétendus bénévoles;
  • Interdirait les lockouts et le recours telle une injonction contre le piquetage; et
  • passerait en revue la mise en application de la loi relative aux relations de travail dans les services publics afin de s’assurer que, par l’entremise du processus d’exclusion qui indument porte atteinte aux droits des employés de faire partie d’un syndicat et de participer à ses activités.  Par ailleurs, passera en revue le processus de désignation des services essentiels afin de garantir que cela ne rendra pas le droit de grève illusoire.

d.      Discrimination au travail

Une administration verte :

  • modifierait la loi sur les droits de la personne afin de limiter les efforts d’entente aux cas qui sont de véritables malentendus.  Toutes les plaintes qui sont bien fondées selon l’opinion de la Commission des droits de la personne devraient être transmises à la Commission du travail et de l’emploi pour une décision selon l’article 23 de la loi sur les droits de la personne;
  • légifèrerait le cadre d’une action affirmative pour fournir des chances égales d’emplois dans les organismes publics[1] afin de remédier à la situation dans laquelle se trouvent certains groupes confrontés à la discrimination au travail, notamment les femmes, les personnes handicapées, les membres des peuples indigènes et les personnes qui sont membres de minorités visibles ou ethniques; et
  • renforcerait et prolongerait la mise en vigueur de la loi sur l’équité salariale à tous les lieux de travail publics ou privés.

e.       Santé et sécurité des lieux de travail

Afin de s’assurer que les employeurs sont tenus responsables de la santé et de la sécurité des lieux de travail, une administration verte :

  • modifierait la loi sur la qualité des soins de santé et la sécurité des patients pour fournir un processus efficace d’adoption de normes efficaces pour le fonctionnement de la machinerie et la protection contre des risques spéciaux (électriques, chimiques, physiques, psychologiques, etc.);
  • reconnaitrait la santé mentale, les abus psychologiques et la violence sur les lieux de travail et leurs impacts sur la santé et la sécurité des travailleurs; et
  • légifèrerait les présomptions de maladies ou de conditions qui ont été démontrées comme étant ou considérées comme étant une menace associée avec cette occupation (p. e. la silicose chez les mineurs).

f.        Droits des travailleurs étrangers temporaires

Afin de protéger les droits des travailleurs étrangers temporaires, une administration verte :

  • obligerait les employeurs à fournir à tous les travailleurs temporaires étrangers une copie de la loi sur les normes d’emploi et leur contrat d’embauche dans une langue qu’ils comprennent;
  • fournirait aux travailleurs temporaires étrangers les appuis nécessaires en cas de violation de leurs droits ou de leur contrat d’embauche;
  • s’assurerait que Travail Sécuritaire NB inspecte régulièrement les lieux de travail où les travailleurs temporaires étrangers sont employés et fournissent les compensations et la réhabilitation sans discrimination aux travailleurs temporaires étrangers;
  • appliquerait la loi 21 de 2011 qui intègre la législation interne de la convention C189 de l’Organisation internationale du travail; et
  • accorderait aux travailleurs temporaires étrangers le droit de changer l’employeur et de choisir l’endroit de leur résidence

[1] Les organismes publics incluent les organismes du gouvernement provincial et de ses sociétés de la Couronne et les agences, les municipalités, les commissions scolaires, les conseils des hôpitaux, les universités, les collèges, les forces constabulaires ainsi que les agences privées et les entreprises qui rendent des services à ces organismes publics.

Nos principes

>Droits et responsabilités écologiques

Une culture fondée sur la coopération, la compassion et la compréhension est essentielle pour éradiquer la violence dans notre société. Notre système juridique doit avoir pour objectif la réadaptation plutôt que la répression.

>Autonomie locale

Nous devons, en tant que citoyens, avoir la possibilité et la responsabilité de contribuer au bien commun. Il est fondamental que tous aient le pouvoir de participer à la vie de la collectivité.

>Démocratie participative

Tous devraient avoir le même accès aux biens de première nécessité et être traités avec dignité et respect. Les traités conclus avec les Premières nations doivent être respectés.

>Justice sociale et égalité

Nous devons pouvoir participer aux décisions qui concernent notre vie et être assurés que notre vote se reflète dans la composition de l’Assemblée législative.

>Autodétermination et citoyenneté

Nos collectivités doivent avoir l’entière responsabilité de leur avenir, soutenues par une robuste économie locale et par des sources durables d’aliments locaux et d’énergie renouvelable.

> Une culture de la paîx et du respect

Nous devons apprendre à vivre dans les limites écologiques de notre planète et répondre efficacement à nos besoins énergétiques sans le faire aux dépens des générations futures, ni menacer la survie d’autres espèces.

Signe administratif