Le chef du Parti vert appuie la revendication des chefs autochtones pour une enquête publique sur le racisme systémique

FREDERICTON – Une enquête sur le racisme systémique anti-autochtone dans nos systèmes policiers et judiciaires placerait un miroir devant notre société et pourrait étonner plusieurs Néo-Brunswickois selon David Coon, le chef du Parti vert et député de Fredericton-Sud. Ce qui importe encore plus ajoute M. Coon c’est que ça nous permettrait de voir notre société telle qu’elle est vécue par les peuples autochtones.

« Une enquête publique proprement Néo-Brunswickoise est importante non pas pour démontrer qu’il y a dans notre société des personnes qui entretiennent des sentiments haineux à l’égard des autochtones mais plutôt pour déceler les biais dans le système et quelles mesures doivent être prises pour y remédier. » affirme David Coon. « C’est pourquoi les chefs des Premières Nations réclament une enquête publique dirigée par les autochtones qui ferait rapport dans un court délai et qui recommanderait des mesures à mettre rapidement en œuvre pour mettre fin au racisme systémique. C’est pourquoi mon parti et moi-même insistons avec les chefs pour réclamer une enquête publique ».

Les chefs Wolastoqey ont réclamé le 6 juin dernier, une enquête publique sur le racisme systémique dans les corps policiers et dans le système judiciaire du Nouveau-Brunswick en invoquant la nécessité de restaurer la confiance. Une rencontre entre les chefs des trois Premières Nations de la province et le premier ministre est prévue pour le 8 juillet.

« Le premier ministre Higgs peut apporter de vrais changements pour les peuples autochtones du Nouveau-Brunswick et je lui demande d’abandonner son projet de création d’un comité chargé d’étudier les recommandations des enquêtes pancanadiennes pour plutôt lancer l’enquête publique réclamée » a déclaré M. Coon. « Il y plein de fonctionnaires qui sont capables de ressortir des études pancanadiennes des recommandations à mettre en application mais ce dont nous avons besoin pour nous attaquer au racisme systémique c’est une enquête publique spécifiquement Néo-Brunswickoise. »

Nos principes

>Droits et responsabilités écologiques

Une culture fondée sur la coopération, la compassion et la compréhension est essentielle pour éradiquer la violence dans notre société. Notre système juridique doit avoir pour objectif la réadaptation plutôt que la répression.

>Autonomie locale

Nous devons, en tant que citoyens, avoir la possibilité et la responsabilité de contribuer au bien commun. Il est fondamental que tous aient le pouvoir de participer à la vie de la collectivité.

>Démocratie participative

Tous devraient avoir le même accès aux biens de première nécessité et être traités avec dignité et respect. Les traités conclus avec les Premières nations doivent être respectés.

>Justice sociale et égalité

Nous devons pouvoir participer aux décisions qui concernent notre vie et être assurés que notre vote se reflète dans la composition de l’Assemblée législative.

>Autodétermination et citoyenneté

Nos collectivités doivent avoir l’entière responsabilité de leur avenir, soutenues par une robuste économie locale et par des sources durables d’aliments locaux et d’énergie renouvelable.

> Une culture de la paîx et du respect

Nous devons apprendre à vivre dans les limites écologiques de notre planète et répondre efficacement à nos besoins énergétiques sans le faire aux dépens des générations futures, ni menacer la survie d’autres espèces.

Signe administratif