Qu’on enlève le bâillon imposé au personnel du ministère des Ressources naturelles

24 MARS 2014

Le chef du Parti vert veut que le ministre des Ressources naturelles Paul Robichaud enlève le bâillon qui empêche son personnel scientifique et technique de parler aux médias. Coon veut que les biologistes et les forestiers qui travaillent pour le ministère des Ressources naturelles soient capables de s’exprimer en public sans crainte de représailles à propos de la nouvelle stratégie forestière de l’administration.« Le personnel du ministère des Ressources naturelles est au service de la population et il a le devoir de fournir son expertise à la population de la province qui l’emploie. L’administration actuelle le tient en otage. Et ce n’est pas juste, » propose le chef du Parti vert David Coon.

Les scientifiques qui travaillent pour les facultés forestières des universités de la province n’ont pas cessé d’affirmer que la stratégie de l’administration Alward d’augmenter les coupes annuelles permises sur les terres de la Couronne par 21 % ne pouvait en aucun cas être durable. Des ministres de l’administration actuelle ont insisté pour que le personnel du ministère des Ressources naturelles ne puisse même pas penser autrement et ils refusent qu’ils s’expriment ouvertement devant les médias.

Après l’élection de septembre prochain, le Parti vert va proposer une loi qui garantira à tous les fonctionnaires de s’exprimer publiquement sur leur travail sans crainte de représailles par leurs supérieurs.

Nos principes

>Droits et responsabilités écologiques

Une culture fondée sur la coopération, la compassion et la compréhension est essentielle pour éradiquer la violence dans notre société. Notre système juridique doit avoir pour objectif la réadaptation plutôt que la répression.

>Autonomie locale

Nous devons, en tant que citoyens, avoir la possibilité et la responsabilité de contribuer au bien commun. Il est fondamental que tous aient le pouvoir de participer à la vie de la collectivité.

>Démocratie participative

Tous devraient avoir le même accès aux biens de première nécessité et être traités avec dignité et respect. Les traités conclus avec les Premières nations doivent être respectés.

>Justice sociale et égalité

Nous devons pouvoir participer aux décisions qui concernent notre vie et être assurés que notre vote se reflète dans la composition de l’Assemblée législative.

>Autodétermination et citoyenneté

Nos collectivités doivent avoir l’entière responsabilité de leur avenir, soutenues par une robuste économie locale et par des sources durables d’aliments locaux et d’énergie renouvelable.

> Une culture de la paîx et du respect

Nous devons apprendre à vivre dans les limites écologiques de notre planète et répondre efficacement à nos besoins énergétiques sans le faire aux dépens des générations futures, ni menacer la survie d’autres espèces.

Signe administratif