Protection de nos bassins hydrographiques par la protection de nos forêts

Fredericton — David Coon, député de Fredericton-Sud et chef du Parti vert du Nouveau-Brunswick, demande au ministre du Développement de l’énergie et des ressources de planifier les activités forestières sur les terres de la Couronne en fonction des bassins hydrographiques, le tout visant à préserver une couverture forestière adéquate. « Au cours des audiences publiques tenues par le Comité spécial sur les changements climatiques, notre comité a entendu parler à maintes reprises des conséquences néfastes des coupes à blanc, très répandues, sur la santé de nos lacs et de nos rivières », a dit M. Coon. « Notre comité reconnaît l’importance des forêts quant à la diminution des inondations causées par le ruissellement. Voilà pourquoi notre comité a fortement recommandé que le ministre du Développement de l’énergie et des ressources planifie désormais les activités forestières en fonction des bassins hydrographiques. » « Cette semaine est marquée à la fois par la Journée mondiale de l’eau et par la Journée internationale des forêts», a indiqué M. Coon. « Le moment est bien choisi pour que le ministre assure la protection de nos bassins hydrographiques par la protection de nos forêts. »

Déclaration du chef du Parti Vert pour la Journée internationale de la femme

Fredericton - David Coon, député de Fredericton South et chef du Parti Vert du Nouveau-Brunswick a publié la déclaration suivante en reconnaissance de la Journée internationale de la femme: "La Journée internationale de la femme est une journée pour célébrer les réalisations des femmes, ainsi que pour souligner la nécessité d'agir pour atteindre l'égalité. Bien qu'il y ait eu des progrès significatifs dans la poursuite de l'équité salariale pour les femmes, il n'en demeure pas moins que le visage de la pauvreté est de façon disproportionnée. Les deux tiers de tous les emplois du salaire minimum au Nouveau-Brunswick sont occupés par des femmes. À Saint John, 25% des familles sont dirigées par des mères célibataires et plus de 40% de la population vivante sous le seuil de pauvreté. Dans le rôle des aidants primaires sans accès à une garderie universelle et abordable, les femmes sont souvent limitées à travailler dans les emplois les plus insécurisés, à temps partiel, saisonniers ou contractuels. À long terme, ces facteurs contribuent à une diminution de la capacité à épargner pour la retraite, ce qui entraîne une plus grande probabilité d'être pauvre en tant que personnes âgées. Selon le Conseil de la santé du Nouveau-Brunswick, 38% des femmes de leurs années supérieures vivent à faible revenu, comparativement à 21% des hommes âgés. Une garantie de revenu de base permettrait aux femmes de mieux investir en elles-mêmes et dans leurs familles, en particulier pour ceux qui reçoivent une assistance sociale, car les restrictions sur le travail et les économies seraient éliminées. L'expérience des femmes au cours du projet pilote qui a fourni une garantie de revenu de base à Dauphin, au Manitoba, a été une trappe d'évasion de la pauvreté. L'Î.-P.-É. Et l'Ontario prévoient expérimenter des garanties de revenus de base. Dans la poursuite de la justice économique pour les femmes, le Nouveau-Brunswick devrait instaurer ses propres projets pilotes avec des garanties de revenus de base, comme prévu à l'Î.-P.-É. Et en Ontario.

DEUXIÈME LECTURE DU PROJET DE LOI VISANT À METTRE FIN AUX DONS POLITIQUES PROVENANT DES CORPORATIONS ET DES SYNDICATS – 16 FÉVRIER 2017

Fredericton — Aujourd’hui, à l’Assemblée législative, David Coon, député de Fredericton-Sud et chef du Parti vert du Nouveau-Brunswick, présentera, à l’étape de la deuxième lecture, des modifications de la Loi sur le financement de l’activité politique. Le projet de loi 20, intitulé Loi modifiant la Loi sur le financement de l’activité politique, permettra de mettre fin aux dons politiques provenant des corporations et des syndicats. « Mon projet de loi constitue une première démarche en vue de mettre fin à la pratique qui consiste à faire un don en contrepartie d’un gain ; cette pratique est omniprésente au sein de la politique néo-brunswickoise et fragilise notre démocratie », a dit M. Coon. « Les dons provenant des corporations augmentent toujours en flèche pour le parti au pouvoir, ce qui indique que les corporations associent des avantages considérables à l’idée de faire un don en contrepartie d’un gain. La pratique donne à d’autres, y compris à des entreprises, à des municipalités et à des organismes bénévoles, l’impression qu’ils doivent faire un don afin d’obtenir une subvention ou un contrat, car autrement ils auraient peur d’en être privés. » Le chef du Parti vert voit le projet de loi 20 comme la première démarche pour mettre fin à l’influence des corporations sur la politique au Nouveau-Brunswick.   https://www.youtube.com/watch?v=h4BnPMPccyo

L’examen des nouvelles lois sur la gouvernance locale devrait avoir la participation du public

Fredericton — David Coon, député de Fredericton-Sud et chef du Parti vert du Nouveau-Brunswick, demande au gouvernement d'inviter le public à soumettre leurs commentaires à l'Assemblée législative sur les propositions destinées à améliorer la gouvernance locale. « Les projets de loi déposés aujourd'hui devraient renforcer la démocratie et la participation locale, cela signifie donc que les citoyens touchés par ses changements devraient être consultés. Le Gouvernement devrait envoyer ce projet de loi au Comité de modifications aux lois pour tenir des séances publiques sur le contenu de ce projet de loi. » Le gouvernement a consulté les municipalités, les districts de services locaux et les commissions de services régionaux. « Les citoyens et les organismes communautaires doivent avoir la chance de soumettre leurs commentaires sur les projets de loi déposés à l'Assemblée législatif » a mentionné Coon.

CONFIER LA GESTION D’ENTRETIENS DES HÔPITAUX EST UNE GRAVE ERREUR

Fredericton- David Coon, chef du Parti vert du Nouveau-Brunswick et député de Fredericton-Sud est consterné par la décision du gouvernement de privatiser la gestion de l’entretient ménager, les cuisines et le transport des patients des hôpitaux à la compagnie Sodexo. « La décision du gouvernement de Gallant de confier la gestion de l’entretiens des hôpitaux à un groupe privé supprimera 280 emplois à temps plein, » a dit M. Coon. « Il s’agit d’une grave erreur. » La Colombie-Britannique, l’Ontario et le Québec ont tous tentés de privatiser les services de gestion de l’entretient de leurs hôpitaux dans le passé et ils ont tous connu des grandes pertes d’emploi, des poursuites par les anciens employés syndiqués, une hausse de la propagation des infections ce qui inclus les bactéries résistantes aux antibiotiques telles que la méticiline (SARM) et C .difficile. Plusieurs hôpitaux ont regagné le contrôle de la gestion depuis. Cette décision épargnera entre $7.9 millions et $9.3 millions au gouvernement mais à quels coûts ? « Notre gouvernement viens tout juste d’annoncer un offre de $8.6 millions à la compagnie Sears, » a dit M. Coon. «On est complètement confortable de gager des millions sur des aumônes à des compagnies privées, mais notre gouvernement est prêt a sacrifier nos emplois pour sauver quelques sou. » « La gestion de l’entretient des hôpitaux devrait demeurer entre les mains de ces hôpitaux et devrait engendrer des bons emplois locaux dans leurs communautés, » a dit M. Coon. « La privatisation n’est pas la solution. »

LA BALLE EST DANS LE CAMP DU PREMIER MINISTRE : LE CHEF DU PARTI VERT CHERCHER DE L’ACTION SUR LA STRATÉGIE DU VIEILLISSEMENT

Fredericton — David Coon, chef du Parti vert du Nouveau-Brunswick et député de Fredericton-Sud, je suis satisfait de voir des recommandations si fortes publiées aujourd’hui par le Conseil sur le Vieillissement. “Les membres du conseil ont fait un excellent travail à bâtir une vision de changement transformationnel pour un Nouveau-Brunswick vieillissant,” dit Coon. “La balle est maintenant dans le camp du premier ministre pour voir si les recommandations sont mises en œuvre en temps utile.” Mardi, le gouvernement va déposer son budget 2017/2018 et dans les semaines à venir, Coon va avoir la chance de contester la façon dont les Ministères comptent dépenser l’argent durant l’année à venir.“Le budget devrait refléter les priorités dans la stratégie du vieillissement. ”dit Coon.

SELON LE CHEF DU PARTI VERT, IL FAUT DEMANDER AUX AÎNÉS DE DONNER LEUR OPINION SUR LE MANDAT DU DÉFENSEUR DES AÎNÉS

Fredericton — David Coon, chef du Parti vert du Nouveau-Brunswick et député de Fredericton-Sud, veut que les aînés aient la possibilité de façonner le mandat du nouveau défenseur des aînés. « Puisque la législation n’a pas fourni de mandat quant au nouveau rôle que jouera le défenseur des enfants et de la jeunesse, l’Assemblée législative devrait demander aux aînés ce qu’ils pensent », a dit M. Coon. M. Coon veut que le Comité permanent de la politique sociale tienne des audiences publiques afin d’obtenir l’apport des aînés. Le 16 décembre 2016, la Loi sur le défenseur des enfants et de la jeunesse a été modifiée afin d’élargir le champ de responsabilités du défenseur des enfants et de la jeunesse pour y inclure les aînés et les adultes sous protection, sans préciser son mandat exact. Norm Bossé, dont le titre actuel est défenseur des enfants, des jeunes et des aînés, est un haut fonctionnaire de l’Assemblée qui rend des comptes à la population par l’intermédiaire de l’Assemblée législative. « Puisque la loi modifiée n’a pas donné une orientation à M. Bossé, l’Assemblée législative devrait chercher l’apport des aînés pour aider M. Bossé à réaliser son nouveau mandat. Il est évident que la meilleure façon de le faire est par l’entremise du Comité de la politique sociale», a dit M. Coon.

LE CHEF DU PARTI VERT DEMANDE UNE APPROCHE RÉGIONALE AU DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE

Fredericton – David Coon, chef du Parti vert du Nouveau-Brunswick et député de Fredericton-Sud, exhorte le gouvernement à agir conformément à son engagement d’aider les communautés locales à établir et mettre en œuvre des plans régionaux de développement économique. «Pendant que nos grandes villes sont en pleine croissance, leurs succès n’offrent aucune solutions à nos communautés rurales, en plus de décourager les jeunes à vouloir y rester. En fait, plusieurs des communautés rurales ou des petites villes ont le double du taux de chômage des centres urbain, oscillant autour de 15%» dit Coon. «Ils doivent avoir l’autorité et l’appui provincial nécessaires pour développer des stratégies économiques locales qui bâtissent sur les forces et les atouts particuliers de leurs régions. On penserait que c’est la raison d’être de la Société de Développement Régional mais il est clair qu’elle échoue dans son mandat.» dit Coon. Le plan de croissance économique du premier ministre Gallant lancé en septembre dernier avait promis de travailler avec les communautés pour développer leurs propres stratégies de développement économique régionales. Dans sa plateforme électorale, le premier ministre Gallant s’était aussi engagé à établir des agences de développement économique gérées localement. La Société de Développement Régional (SDR) a un mandat officiel de préparer des plans de développement régionaux et coordonné et guider le développement régional, néanmoins elle ne l’a jamais fait. La SDR apparaîtra devant le Comité des corporations de la Couronne ce mardi 17 janvier 2017 à 14h pour faire examiner attentivement ses opérations de l’an 2012 à l’an 2015 par les députés pour évaluer l’efficacité de ses dépenses. «La SDR a dépensé 267 millions de dollars de fonds publics pour supporter le développement économique régional pendant les dernier trois ans, mais a-t-elle réellement aidé à développer les économies de nos régions rurales et de nos petites villes? » demande Coon. «J’ai hâte de découvrir si cette dépense de plus d’un quart de milliards de dollars a pu remplir les objectifs de développements régionaux de la SDR.»

CHEF DU PARTI VERT EN TOURNÉE DE BÂTIMENTS À FAIBLE INTENSITÉ DE CARBONE À MONCTON

Fredericton – Ce vendredi, 13 janvier, David Coon, chef du Parti vert du Nouveau-Brunswick et député de Fredericton-Sud se rendra à Moncton pour visiter des bâtiments construits pour avoir une empreinte écologique minime. “Le gouvernement provincial et fédéral ont de nouvelles stratégies pour accélérer la transition à une économie faibles en émissions de carbone en attaquant le gaspillage énergétique et en adoptant des technologies renouvelables. Nous avons des personnes très talentueuses au Nouveau-Brunswick qui travaillent dans ces secteurs économiques en croissances rapides. Étant déjà familiarisé avec les entreprises basées à Fredericton, je suis ravi de visité et tournée certains bâtiments que les compagnies de Moncton ont conçus et bâtie.” Durant sa tournée à Moncton, Coon visitera aussi le laboratoire des systèmes d’énergie alternative de New Brunswick Community College. Les visites prendront place à ces temps et lieux suivants:– 10h30 – Résidence privée, 9 Generation Ave– 15h00 – NBCC Moncton Alternate Energy Systems Lab, 1234 Mountain Rd

UNE DÉCLARATION PAR LE CHEF DU PARTI VERT SUR LA DÉMISSION DU CHEF DU NDP

Fredericton – David Coon, député de Fredericton-Sud et chef du Parti vert du Nouveau-Brunswick, a fait la déclaration suivante sur la démission du chef de la NDP du N.-B. : “Je tiens à souhaiter à Dominic Cardy tous le meilleur à la suite de sa démission comme chef du NDP du Nouveau-Brunswick. Notre système de scrutin uninominal archaique continue de laisser de côté trop de talents politiques, souvent trahissant les électeurs qui cherchent une alternative à un Assemblée dominée de façon écrassante par les deux “vieux” partis. Je n’ai aucun doute que Dominic va continuer de poursuivre ses convictions dans la manière éloquante et intelligente à laquelle les Néo-Brunswickois.e.s sont devenus accoutumés- dans n’importe quel projet à venir qu’il choisit..”

Nos principes

>Droits et responsabilités écologiques

Une culture fondée sur la coopération, la compassion et la compréhension est essentielle pour éradiquer la violence dans notre société. Notre système juridique doit avoir pour objectif la réadaptation plutôt que la répression.

>Autonomie locale

Nous devons, en tant que citoyens, avoir la possibilité et la responsabilité de contribuer au bien commun. Il est fondamental que tous aient le pouvoir de participer à la vie de la collectivité.

>Démocratie participative

Tous devraient avoir le même accès aux biens de première nécessité et être traités avec dignité et respect. Les traités conclus avec les Premières nations doivent être respectés.

>Justice sociale et égalité

Nous devons pouvoir participer aux décisions qui concernent notre vie et être assurés que notre vote se reflète dans la composition de l’Assemblée législative.

>Autodétermination et citoyenneté

Nos collectivités doivent avoir l’entière responsabilité de leur avenir, soutenues par une robuste économie locale et par des sources durables d’aliments locaux et d’énergie renouvelable.

> Une culture de la paîx et du respect

Nous devons apprendre à vivre dans les limites écologiques de notre planète et répondre efficacement à nos besoins énergétiques sans le faire aux dépens des générations futures, ni menacer la survie d’autres espèces.

Signe administratif