Un gouvernement vert mettrait en place un moratoire sur la fracturation hydraulique

28 AOÛT 2010

Pour publication immédiate

Selon Jack MacDougall, chef du parti vert, un gouvernement vert placerait un moratoire sur la fracturation hydraulique jusqu'à ce que des régulations et des mesures de sécurité appropriées soient mises en place.

La fracturation hydraulique est une procédure technologique employée par les industries de gaz et de pétrole afin d'extraire le gaz naturel retrouvé dans de la roche nommée schiste. Cette sorte de formation rocheuse est retrouvée dans les profondeurs de la terre. La fracturation implique que l'on doit pomper des millions de litres d'eau douce sous haute pression dans un puits creusé dans la roche schiste. L'eau est saturée de millions de kilogrammes de produits chimiques toxiques tels le benzène et le diesel. Cette soupe toxique pressurisée fait en sorte que le schiste se fracture et que le gaz soit relâché de millions de cavités dispersées à travers du schiste. Le gaz est ensuite vendu par l'industrie et le gouvernement profite des redevances.

« Tout ce qui se tient entre la destruction permanente des sources d'eau potable d'une communauté et les fluides toxiques est une mince gaine faite de couches de métal, mise dans le puits qui traverse la nappe phréatique, » dit MacDougall.

Il est estimé que la fracturation cause plus de 1 000 cas de contamination de l’eau souterraine aux États-Unis et dans l’Ouest canadien, continue MacDougall, selon Kate Sinding, procuratrice du conseil Natural Resources Defence Council, basé à New York. Lors d’une réunion à Penobsquis le 16 juin, Sinding attribua la contamination de l’eau souterraine à des mesures de sécurité inadéquates et aux employés des organismes de réglementation.

« En voyant l’approche du gouvernement envers les gens de Penobsquis qui ont perdu leur source d’eau, nous avons raison de douter des mesures de sécurité, » dit Roy MacMullin, critique d’énergie pour le Parti Vert. Le département de l’environnement du Nouveau-Brunswick n’a pas mis en place des régulations spécifiques à cette industrie.

« Malgré ces inquiétudes, l’industrie du gaz de schiste au Nouveau-Brunswick continue à avancer à pleine vitesse, » dit MacMullin. Un puits est présentement en train d’être creusé dans la région d’Elgin. La fracturation est projetée pour le mois de septembre. Une autre compagnie explore une région d’un million d’hectares  de la côte Est à la frontière du Maine, avec l’autorisation pour une fracturation près de Shédiac.

Alors que Sinding admet qu’il y a plusieurs endroits où rien ne s’est produit comme résultat de la fracturation, il y a plusieurs exemples d’accidents. Par exemple, à Dimock, une communauté en Pennsylvanie de la grandeur d’Atholville, un des tuyaux de métal censés protéger l’aquifère s’est brisé sous la force des liquides pressurisés et la soupe toxique s’est déversée dans l’eau souterraine de la communauté.

MacDougall déclare : « Une fois que l’eau souterraine est contaminée, elle est détruite. C’est une ressource non renouvelable. La plupart des Néo-Brunswickois dépendent de l’eau souterraine comme leur source d’eau potable. Considérant ce qui est en jeu ici, c’est complètement insensé que le gouvernement du Nouveau-Brunswick nous utilise ainsi, nos enfants et nos petits-enfants, comme cobayes. »

Nos principes

>Droits et responsabilités écologiques

Une culture fondée sur la coopération, la compassion et la compréhension est essentielle pour éradiquer la violence dans notre société. Notre système juridique doit avoir pour objectif la réadaptation plutôt que la répression.

>Autonomie locale

Nous devons, en tant que citoyens, avoir la possibilité et la responsabilité de contribuer au bien commun. Il est fondamental que tous aient le pouvoir de participer à la vie de la collectivité.

>Démocratie participative

Tous devraient avoir le même accès aux biens de première nécessité et être traités avec dignité et respect. Les traités conclus avec les Premières nations doivent être respectés.

>Justice sociale et égalité

Nous devons pouvoir participer aux décisions qui concernent notre vie et être assurés que notre vote se reflète dans la composition de l’Assemblée législative.

>Autodétermination et citoyenneté

Nos collectivités doivent avoir l’entière responsabilité de leur avenir, soutenues par une robuste économie locale et par des sources durables d’aliments locaux et d’énergie renouvelable.

> Une culture de la paîx et du respect

Nous devons apprendre à vivre dans les limites écologiques de notre planète et répondre efficacement à nos besoins énergétiques sans le faire aux dépens des générations futures, ni menacer la survie d’autres espèces.

Signe administratif