L’équité salariale

15 SEPTEMBRE 2014

(FREDERICTON, NB) – Aujourd’hui à Fredericton, le chef du Parti vert a déclaré qu’il était nécessaire d’avoir une législation solide, et le courage de la mettre en pratique, pour garantir que l’équité salariale devienne la façon de faire dans les secteurs public et privé du Nouveau-Brunswick.

« Les femmes au Nouveau-Brunswick veulent et ont besoin d’autre chose que des promesses et des rapports d’étape, » remarque Coon. « Les administrations précédentes ont trop longtemps négligé et se sont amusées avec les droits des femmes depuis trop longtemps. Il est temps d’arrêter d’étudier l’équité salariale et de commencer à mettre en œuvre la législation pour s’assurer que le secteur privé accorde aux femmes des salaires justes et équitables fondés sur une rémunération égale pour des travaux de même valeur. »

Coon fait remarquer qu’au moment où les femmes sont payées seulement 89 cents pour chaque dollar payé à un homme, il est préoccupé par le faible taux de progrès sur cette question. Selon la législation actuelle, l’équité salariale dans le secteur public pourrait ne pas être réalisée avant 2022. Par ailleurs la méthodologie utilisée pour la comparaison des salaires est très critiquée parce qu’elle désavantage injustement plusieurs travailleuses du secteur public les moins bien payées.

« Nous avons un système en place qui permet à l’administration de mettre de côté un droit fondamental des femmes pendant qu’au même moment les salaires des députés continuent de s’accroitre sans restriction, » précise Coon. « Il ne s’agit pas de savoir si oui ou non nous pouvons nous permettre de traiter les femmes en égales. Les femmes sontégales, et nous ne pouvons nous permettre de ne pas reconnaitre ce principe fondamental sous-jacent. »

    Nos principes

    >Droits et responsabilités écologiques

    Une culture fondée sur la coopération, la compassion et la compréhension est essentielle pour éradiquer la violence dans notre société. Notre système juridique doit avoir pour objectif la réadaptation plutôt que la répression.

    >Autonomie locale

    Nous devons, en tant que citoyens, avoir la possibilité et la responsabilité de contribuer au bien commun. Il est fondamental que tous aient le pouvoir de participer à la vie de la collectivité.

    >Démocratie participative

    Tous devraient avoir le même accès aux biens de première nécessité et être traités avec dignité et respect. Les traités conclus avec les Premières nations doivent être respectés.

    >Justice sociale et égalité

    Nous devons pouvoir participer aux décisions qui concernent notre vie et être assurés que notre vote se reflète dans la composition de l’Assemblée législative.

    >Autodétermination et citoyenneté

    Nos collectivités doivent avoir l’entière responsabilité de leur avenir, soutenues par une robuste économie locale et par des sources durables d’aliments locaux et d’énergie renouvelable.

    > Une culture de la paîx et du respect

    Nous devons apprendre à vivre dans les limites écologiques de notre planète et répondre efficacement à nos besoins énergétiques sans le faire aux dépens des générations futures, ni menacer la survie d’autres espèces.

    Signe administratif