Kevin Arseneau propose des mesures pour assurer la souveraineté alimentaire du N.-B. pendant la crise du COVID-19

Le 9 avril, 2020

Un député Vert propose des mesures pour assurer la souveraineté alimentaire du N.-B.
pendant la crise du COVID-19

Fredericton –Kevin Arseneau, le député de Kent-Nord cherche des façons de soutenir les fermes du Nouveau-Brunswick pour qu’elles puissent augmenter leur production saisonnière de 2020 afin de fournir aux Néo-Brunswickois un système alimentaire et un approvisionnement stable pendant la pandémie mondiale.

À la suite de la présentation de la proposition du député Arseneau par le chef du Parti vert, David Coon au comité du Cabinet sur COVID-19, le ministère de l’Éducation post secondaire, Formation et Travail a créé un comité composé entre autres de représentants du ministère de l’Agriculture, de l’Aquaculture et des Pêches, d’agriculteurs et de producteurs de denrées alimentaires. 

« Ce comité représente un bon pas de l’avant mais il faut faire plus; tous les partis doivent y être représentés et le seul député, fermier devrait y siéger. Le système agro-alimentaire de la province est fragile, nous ne produisons que 3% de ce que nous mangeons. Bien que nous devions appuyer tous les fermiers, pêcheurs et exploitants agricoles, nos efforts doivent viser nos maillons plus faibles : la production annuelle des fruits et légumes, des céréales et du bétail. » selon M. Arseneau.  « Notre plus grande faiblesse c’est la production des fruits et légumes frais.  Nous importons 92% de nos fruits et légumes surtout des États-Unis.  Ces récoltes annuelles doivent être semées très bientôt pendant une période très courte ce qui fait que c’est sur cela qu’il faut consacrer notre temps et nos énergies. ».  

Le député Arseneau propose que le gouvernement adopte de manière urgente les mesures suivantes afin d’assurer la sécurité de l’approvisionnement alimentaire de la province cette année :

Soutenir le monde agricole : stabiliser et augmenter la production agricole

  • Mettre sur pied un groupe de travail non partisan incluant des représentants de tous les partis, des experts de la société civile et des experts du ministère de l’Agriculture, de l’Aquaculture et des Pêches du Nouveau-Brunswick.
  • Subventionner une partie des salaires des employés agricoles en instaurant une prime salariale de 4$ l’heure pour les travailleurs et travailleuses agricoles.
  • Stimuler le recrutement d’une main-d’œuvre agricole locale en permettant aux personnes qui le souhaitent, retraité-es, personnes sans emplois, ou étudiants d’être formés et rémunérés pour travailler sur une ferme pour la saison estivale sans pénalité sur les prestations reçues
  • Offrir des prêts sans intérêts et augmenter le pourcentage de subvention des programmes PAC pour investissement en infrastructure aux fermes qui veulent augmenter leur production.
  • Subventionner des paniers d’agriculture soutenue par la communauté (Paniers CSA) pour les familles en situation précaire, les banques alimentaires et les cuisines communautaires
  • Assurer un prix juste, un plan de rachat du surplus (si nécessaire) en contraignant nos institutions publiques, les supermarchés et les distributeurs à acheter des produits du N.-B.
  • Ajouter les marchés publics et kiosques à la ferme dans la liste des « services essentiels »

Instaurer les Jardins de la Victoire : cultiver partout où c’est possible

  • Encourager les jardins communautaires et le jardinage citoyen et développer du matériel expliquant les mesures spécifiques à prendre face à la distanciation physique et sociale
  • Préparer des vidéos en partenariat avec des petites fermes pour augmenter la chance de réussite des jardins communautaires et le jardinage citoyen
  • Autoriser la culture potagère en cour avant dans l’ensemble des municipalités
  • Aider les serres ornementales privées à se convertir à la production maraîchère
  • Convertir un maximum d’espaces prévus pour l’ornementation florale municipale en espaces de culture maraîchère

– 30 –

Nos principes

>Droits et responsabilités écologiques

Une culture fondée sur la coopération, la compassion et la compréhension est essentielle pour éradiquer la violence dans notre société. Notre système juridique doit avoir pour objectif la réadaptation plutôt que la répression.

>Autonomie locale

Nous devons, en tant que citoyens, avoir la possibilité et la responsabilité de contribuer au bien commun. Il est fondamental que tous aient le pouvoir de participer à la vie de la collectivité.

>Démocratie participative

Tous devraient avoir le même accès aux biens de première nécessité et être traités avec dignité et respect. Les traités conclus avec les Premières nations doivent être respectés.

>Justice sociale et égalité

Nous devons pouvoir participer aux décisions qui concernent notre vie et être assurés que notre vote se reflète dans la composition de l’Assemblée législative.

>Autodétermination et citoyenneté

Nos collectivités doivent avoir l’entière responsabilité de leur avenir, soutenues par une robuste économie locale et par des sources durables d’aliments locaux et d’énergie renouvelable.

> Une culture de la paîx et du respect

Nous devons apprendre à vivre dans les limites écologiques de notre planète et répondre efficacement à nos besoins énergétiques sans le faire aux dépens des générations futures, ni menacer la survie d’autres espèces.

Signe administratif