Il est temps de décentraliser les décisions concernant les soins de santé

De plus en plus de personnes attirent mon attention sur leurs impressions que ce sont les soins qui semblent être la ressource qui en voie de disparition dans notre système de santé lorsqu’on compare la situation il y a une décennie.

Bien que nous dépensions chaque année 1,3 milliards de dollars pour offrir des services hospitaliers, les hôpitaux des villes sont bondés, fonctionnent au maximum de leur capacité avec des niveaux insuffisants de personnels.  Ces équipes se sentent méprisées par l’administration. L’épuisement sème l’inquiétude. Ceux qui choisissent les soins comme profession sont frustrés par un système qui entrave l’offre de soins adéquats. Les patients souffrent.

C’est irrationnel !  Nous avons une pénurie d’infirmières, mais les nouvelles diplômées en sciences infirmières ne peuvent trouver d’emploi à temps plein; alors elles quittent la province.  Les services d’urgence fonctionnent à 100 pour cent sans qu’aucune ambulance n’ait conduit de patient ayant besoin de soins urgents. Les périodes d’attente compromettent la sécurité des patients, mais les urgences n’ont pas le personnel nécessaire.  Les infirmières-praticiennes n’obtiennent pas suffisamment de travail pour conserver leur permis, alors elles quittent la province. Des chirurgies sont annulées par manque de lits. Les patients sont installés dans les couloirs par manque de lits. Et si, à Fredericton, vous avez besoin d’un traitement pour maladie mentale, les psychiatres sont une ressource rare, restreinte par le nombre inadéquat de numéros de facturation.

Les médecins et les infirmières expriment leurs frustrations dans les médias et dans les lettres expédiées aux députés.  Les patients et les membres de leurs familles font la même chose. Qu’est-ce qui pourrait bien expliquer cet état déplorable des choses ?

La dernière décennie a vu administration après administration être obsédée par ce qui peut être qualifié par euphémisme d’efficiences.  On nous a imposé un système de santé fiscalement motivé, au lieu d’être axé sur les besoins des patients. Et c’est ainsi que nos soins de santé de première ligne n’ont pas reçu les fonds nécessaires pour suffire à la demande.  Et de l’autre côté de la médaille, loin des sommes qui auraient été nécessaires pour réduire la demande de services de la santé qui empêchent la prévention et la promotion de la santé, soit l’approche centrale des propositions du Parti vert pour la réforme des soins de santé.

L’autre changement majeur de nos soins de santé durant la dernière décennie a été la centralisation.  En 2008, l’administration de Shawn Graham a comprimé quatre autorités sanitaires en une seule, appelée Horizon.  Et ensuite, quatre autres ont été rassemblées en une seule, appelée Vitalité. L’objectif était d’économiser de l’argent et d’améliorer la santé des Néobrunswickois.  Dix années plus tard, le verdict est tombé. Cela n’a pas marché. La centralisation est devenue le problème, ce n’est pas la solution. Même les infirmières sont programmées centralement de Saint-Jean.  Une infirmière rapporte qu’elle est malade à Miramichi, et la décision de la remplacer par une autre infirmière est prise à Saint-Jean. Mais laquelle ?

Il est temps de revenir dans l’autre direction, de créer de petits districts sanitaires avec un comité consultatif local.  Il est intéressant de noter que Vitalité n’a jamais pleinement réuni les quatre régions sanitaires qu’il recouvre, laissant ainsi certaines décisions à chacune des autorités locales.

Un système plus décentralisé serait mieux capable d’offrir les services de promotion de la santé et de prévention des maladies qui répondent aux priorités locales contrairement à l’approche unique d’une autorité centrale.  Le Conseil de la santé du Nouveau-Brunswick a préparé des évaluations de la santé communautaire dans la province, mais le système de soins de santé est trop centralisé pour tirer avantage de cette étude.

Les Verts croient que, lorsque c’est possible, les décisions doivent être prises le plus près possible des gens visés par ces décisions, que ce soit des patients, des professionnels de la santé ou des collectivités.  Ce qui signifie que ceux qui sont au centre de l’administration doivent être préparés à se défaire de certains pouvoirs et de certaines autorisations qu’ils ont reçus après la précipitation vers la centralisation des prises de décision.

Que ce soit dans le domaine des soins de santé, du développement économique ou de la gestion forestière, il est grand temps qu’une administration provinciale s’engage à céder des pouvoirs à nos collectivités et à nos régions pour qu’elles puissent elles-mêmes façonner leurs avenirs.  C’est une partie essentielle de la vision des Verts pour ici au Nouveau-Brunswick.

David Coon est chef du Parti vert du Nouveau-Brunswick et député de Fredericton-Sud.

    Nos principes

    > Non-Violence

    Une culture fondée sur la coopération, la compassion et la compréhension est essentielle pour éradiquer la violence dans notre société. Notre système juridique doit avoir pour objectif la réadaptation plutôt que la répression.

    >Autodétermination et citoyenneté

    Nous devons, en tant que citoyens, avoir la possibilité et la responsabilité de contribuer au bien commun. Il est fondamental que tous aient le pouvoir de participer à la vie de la collectivité.

    >Justice sociale et égalité

    Tous devraient avoir le même accès aux biens de première nécessité et être traités avec dignité et respect. Les traités conclus avec les Premières nations doivent être respectés.

    >Démocratie participative

    Nous devons pouvoir participer aux décisions qui concernent notre vie et être assurés que notre vote se reflète dans la composition de l’Assemblée législative.

    >Autonomie locale

    Nos collectivités doivent avoir l’entière responsabilité de leur avenir, soutenues par une robuste économie locale et par des sources durables d’aliments locaux et d’énergie renouvelable.

    >Droits et responsabilités écologiques

    Nous devons apprendre à vivre dans les limites écologiques de notre planète et répondre efficacement à nos besoins énergétiques sans le faire aux dépens des générations futures, ni menacer la survie d’autres espèces.

    Signe administratif