Journée mondiale du SIDA – «Objectif : zéro»

1 DÉCEMBRE 2014

(FREDERICTON, N.-B.) - La déclaration suivante a été communiquée par le chef du Parti vert et député de Fredericton-sud, David Coon, en reconnaissance de la Journée mondiale du SIDA et de la Semaine nationale de sensibilisation au SIDA chez les Autochtones 2014.

Le thème de la Journée mondiale du SIDA cette année est «Objectif : zéro», signifiant le but de zéro nouvelles infections du VIH, zéro discrimination et zéro décès liés au sida.

Dans le passé, ces objectifs auraient semblés impossibles. Lorsque la maladie a frappé notre conscience dans les années 1980, elle a été enveloppée par de la désinformation et l'action politique nécessaire pour le changement a été entravée par l'apathie et du préjudice.

Il était nécessaire que les communautés à l'échelle globale travaillent ensemble pour mettre fin à ces sentiments envers la maladie. Cela a inclût les efforts de SIDA Nouveau-Brunswick, SIDA Moncton, et SIDA Saint-Jean, ici au Nouveau-Brunswick, pour surmonter ces obstacles.

«Objectif : zéro» signifie que personne ne perdra un ami, un conjoint, ou un membre de la famille au SIDA. Cela veut aussi dire que ceux qui vivent avec la maladie ne connaitront plus la douleur d'être stigmatisés.

«J'invite tous les Néo-Brunswickois à imaginer cet avenir avec moi le 1er décembre, tout en maintenant cher la mémoire de ceux que nous avons perdu à cette maladie », a dit M. Coon.

Le chef du Parti vert appelle aux deux paliers de gouvernement à adopter ces trois objectifs : zéro nouvelle infection de VIH, zéro discrimination et zéro décès liés au SIDA, tout en soutenant les organisations et les professionnels de la santé qui travaillent dans notre province et à l'étranger pour voir l'«Objectif : zéro» devenir une réalité.

-30-

Nos principes

>Droits et responsabilités écologiques

Une culture fondée sur la coopération, la compassion et la compréhension est essentielle pour éradiquer la violence dans notre société. Notre système juridique doit avoir pour objectif la réadaptation plutôt que la répression.

>Autonomie locale

Nous devons, en tant que citoyens, avoir la possibilité et la responsabilité de contribuer au bien commun. Il est fondamental que tous aient le pouvoir de participer à la vie de la collectivité.

>Démocratie participative

Tous devraient avoir le même accès aux biens de première nécessité et être traités avec dignité et respect. Les traités conclus avec les Premières nations doivent être respectés.

>Justice sociale et égalité

Nous devons pouvoir participer aux décisions qui concernent notre vie et être assurés que notre vote se reflète dans la composition de l’Assemblée législative.

>Autodétermination et citoyenneté

Nos collectivités doivent avoir l’entière responsabilité de leur avenir, soutenues par une robuste économie locale et par des sources durables d’aliments locaux et d’énergie renouvelable.

> Une culture de la paîx et du respect

Nous devons apprendre à vivre dans les limites écologiques de notre planète et répondre efficacement à nos besoins énergétiques sans le faire aux dépens des générations futures, ni menacer la survie d’autres espèces.

Signe administratif