LE CHÔMAGE DES JEUNES ET LA CRISE CLIMATIQUE EXIGENT LE CHANGEMENT DES PRIORITÉS ÉCONOMIQUES

15 JUILLET 2015

Fredericton – David Coon, député de Fredericton-Sud et chef du Parti vert du Nouveau-Brunswick demande au premier ministre Gallant de présenter des engagements substantiels lors de la rencontre estivale des premiers ministres qui aura lieu à St. John’s.  Dans une lettre datée du 9 juillet, David Coon a demandé au premier ministre de s’engager à déclencher la transition du Nouveau-Brunswick vers une économie à faible émission de carbone en s’engageant à établir une taxe sur le carbone pour les importations d’énergie polluante.

« La transition vers une économie à faible teneur de carbone va susciter la création d’emplois au Nouveau-Brunswick alors que le statuquo n’en crée pas, » fait remarquer Coon.  « Bâtir des infrastructures pour les énergies polluantes fournit du travail temporaire, mais ne crée pas d’emplois durables.  Le secteur des technologies propres, nécessaire pour faire la transition des énergies polluantes vers les énergies propres représente un marché global d’un billion de dollars, et cette valeur augmente rapidement.  La part du Canada dans le secteur des technologies propres est de 12 milliards de dollars et le Nouveau-Brunswick doit sauter sur cette occasion pour créer des emplois durables, » affirme Coon.

En juin, Statistiques Canada a enregistré une augmentation du chômage au Nouveau-Brunswick de 10,8 % sur le mois précédent.  Le chômage des jeunes s’élève au taux ahurissant de 21,8 %.  Le chef du Parti vert propose que nous ayons besoin d’une vision de l’avenir pour susciter dès maintenant la création d’emplois et faire la transition vers les énergies propres qui créeront des emplois dans divers domaines de l’économie.

Le premier ministre Gallant rencontre les autres premiers ministres du Canada les 16 et 17 juillet pour discuter de développement économique et d’interventions climatiques.  Une stratégie énergétique canadienne devrait être approuvée avec le but contradictoire de construire d’autres oléoducs, plus rapidement pour permettre l’exploitation des sables bitumineux de l’Alberta.

« Ce dont les Néobrunswickois ont besoin, ce sont des emplois pour les hommes et les femmes.  Saisissons cette occasion pour choisir un avenir à faible intensité de carbone et pour mettre en place les politiques économiques nécessaires pour y arriver, telles que la taxation du carbone des importations d’énergies polluantes.  Nous avons les matières premières dans nos forêts et sur nos fermes pour créer la bioénergie et les biocarburants pour remplacer les énergies polluantes.  Nous avons l’expertise en finance, en génie, en informatique, en développement de projets, en fabrication et en service.  Nous n’avons qu’à saisir l’occasion, » suggère Coon.

− 30 −

*la lettre est seulement disponible en anglais (ici)

    Nos principes

    > Non-Violence

    Une culture fondée sur la coopération, la compassion et la compréhension est essentielle pour éradiquer la violence dans notre société. Notre système juridique doit avoir pour objectif la réadaptation plutôt que la répression.

    >Autodétermination et citoyenneté

    Nous devons, en tant que citoyens, avoir la possibilité et la responsabilité de contribuer au bien commun. Il est fondamental que tous aient le pouvoir de participer à la vie de la collectivité.

    >Justice sociale et égalité

    Tous devraient avoir le même accès aux biens de première nécessité et être traités avec dignité et respect. Les traités conclus avec les Premières nations doivent être respectés.

    >Démocratie participative

    Nous devons pouvoir participer aux décisions qui concernent notre vie et être assurés que notre vote se reflète dans la composition de l’Assemblée législative.

    >Autonomie locale

    Nos collectivités doivent avoir l’entière responsabilité de leur avenir, soutenues par une robuste économie locale et par des sources durables d’aliments locaux et d’énergie renouvelable.

    >Droits et responsabilités écologiques

    Nous devons apprendre à vivre dans les limites écologiques de notre planète et répondre efficacement à nos besoins énergétiques sans le faire aux dépens des générations futures, ni menacer la survie d’autres espèces.

    Signe administratif