Les Verts réclament un meilleur soutien financier pour les étudiants confrontés à des hausses des droits de scolarité

FREDERICTON – David Coon le chef du Parti vert et député de Fredericton-Sud ainsi que Megan Mitton, la critique des Verts en matière d’éducation et députée de Memramcook-Tantramar exhortent le gouvernement provincial à mieux appuyer les étudiants et étudiantes à la suite de l’annonce par les quatre universités publiques d’une augmentation des droits de scolarité pour la prochaine année universitaire. 

« Les étudiants se débattent pour garder la tête hors de l’eau pendant cette pandémie. » selon M. Coon. « Plusieurs n’ont pas obtenu un emploi d’été et s’inquiètent de ne pas pouvoir payer les droits de scolarité en plus de toutes les autres dépenses liées aux études universitaires. Certains doivent assumer le coût des baux de location qu’ils ne peuvent annuler même si leur présence sur le campus ne sera plus nécessaire en raison des cours en ligne. »

La semaine dernière, l’université Mount Allison annonçait une augmentation de 4,5% des droits de scolarité pour la prochaine année tandis que l’Université de Moncton annonçait une augmentation de 7,5%. L’université St-Thomas et l’université du Nouveau-Brunswick prévoient une augmentation de 2% alors que Statistiques Canada annonçait vendredi dernier que 20% des jeunes de la province sont sans-emploi 

« Cela entraîne des obstacles supplémentaires pour les étudiants et les étudiantes qui vivent déjà beaucoup d’incertitudes à propos du semestre d’automne » déclare Megan Mitton députée de Memramcook-Tantramar et critique des Verts en matière d’éducation. « Je suis particulièrement inquiète pour les étudiants et étudiantes qui éprouvent plus de difficulté à accéder à l’éducation post-secondaire et pour les étudiants internationaux qui ont été oubliés pendant la pandémie. Le gouvernement doit intervenir pour appuyer les étudiants en compensant l’augmentation des droits de scolarité. »

 

Nos principes

>Droits et responsabilités écologiques

Une culture fondée sur la coopération, la compassion et la compréhension est essentielle pour éradiquer la violence dans notre société. Notre système juridique doit avoir pour objectif la réadaptation plutôt que la répression.

>Autonomie locale

Nous devons, en tant que citoyens, avoir la possibilité et la responsabilité de contribuer au bien commun. Il est fondamental que tous aient le pouvoir de participer à la vie de la collectivité.

>Démocratie participative

Tous devraient avoir le même accès aux biens de première nécessité et être traités avec dignité et respect. Les traités conclus avec les Premières nations doivent être respectés.

>Justice sociale et égalité

Nous devons pouvoir participer aux décisions qui concernent notre vie et être assurés que notre vote se reflète dans la composition de l’Assemblée législative.

>Autodétermination et citoyenneté

Nos collectivités doivent avoir l’entière responsabilité de leur avenir, soutenues par une robuste économie locale et par des sources durables d’aliments locaux et d’énergie renouvelable.

> Une culture de la paîx et du respect

Nous devons apprendre à vivre dans les limites écologiques de notre planète et répondre efficacement à nos besoins énergétiques sans le faire aux dépens des générations futures, ni menacer la survie d’autres espèces.

Signe administratif