Des interventions pour les enfants sont nécessaires pour briser la chaîne de la violence contre les femmes

5 DÉCEMBRE 2014

(FREDERICTON, N.-B.) En marquant la Journée nationale de commémoration et d'action contre la violence faite aux femmes, le 6 décembre, David Coon, député de Fredericton-sud et chef du Parti vert, appelle au gouvernement provincial d'investir dans le traitement thérapeutique pour les enfants et les jeunes qui ont été témoins de la violence à la maison.

« Si nous voulons arrêter le cycle de la violence des hommes envers les femmes, nous devons concentrer nos efforts sur le traitement des enfants et nos maisons de transition, qui auront besoin de financements accrues à faire, » dit M. Coon.

Selon le rapport sur l'état des enfants (p. 32-33), le Nouveau-Brunswick a un taux d'enfants et des jeunes qui sont victimes de violence familiale de 37 % plus élevé que la moyenne nationale.

Il est bien établi que les garçons qui sont témoins de violence à la maison sont plus à risque de commettre de la violence contre les femmes à l'âge adulte. De plus, 65 % des femmes qui cherchent refuge dans les maisons de transition ont été témoins de violence familiale comme enfants.

« Essentiellement, les enfants qui ont été témoins de violence à la maison souffrent du TSPT et de la recherche existe démontrant que ce stress peut réellement effectuer le développement de leurs cerveaux, » déclare M. Coon.
Selon le ministère fédéral de la Justice, la violence des hommes contre les femmes coûte à la société canadienne $ 7,1 milliards chaque année avec un nombre incalculable de vies brisées.

« L'investissement dans le traitement thérapeutique pour les enfants qui ont été témoins d'agressions commises contre leurs mères est essentiel pour mettre fin à la violence des hommes contre les femmes et pourra inverser les coûts colossaux qui ont été imposés sur les familles et notre société, » ajoute M. Coon.

Toutefois, M. Coon note que cela nécessitera de nouveaux fonds pour les maisons de transition qui n'ont pas vu une augmentation de leurs budgets en une décennie.

- 30 -

    Nos principes

    > Non-Violence

    Une culture fondée sur la coopération, la compassion et la compréhension est essentielle pour éradiquer la violence dans notre société. Notre système juridique doit avoir pour objectif la réadaptation plutôt que la répression.

    >Autodétermination et citoyenneté

    Nous devons, en tant que citoyens, avoir la possibilité et la responsabilité de contribuer au bien commun. Il est fondamental que tous aient le pouvoir de participer à la vie de la collectivité.

    >Justice sociale et égalité

    Tous devraient avoir le même accès aux biens de première nécessité et être traités avec dignité et respect. Les traités conclus avec les Premières nations doivent être respectés.

    >Démocratie participative

    Nous devons pouvoir participer aux décisions qui concernent notre vie et être assurés que notre vote se reflète dans la composition de l’Assemblée législative.

    >Autonomie locale

    Nos collectivités doivent avoir l’entière responsabilité de leur avenir, soutenues par une robuste économie locale et par des sources durables d’aliments locaux et d’énergie renouvelable.

    >Droits et responsabilités écologiques

    Nous devons apprendre à vivre dans les limites écologiques de notre planète et répondre efficacement à nos besoins énergétiques sans le faire aux dépens des générations futures, ni menacer la survie d’autres espèces.

    Signe administratif