Repenser la façon que nous faisons fonctionner nos maisons, nos véhicules et notre économie

C’est la semaine de l’environnement, mais qu’est-ce que cela signifie en dehors de notre collectivité et des nettoyages des écoles ?

Les autorités en place nous rabâchent sans cesse que nous devons équilibrer l’environnement et l’économie. Ce qui m’a fait accepter les moyens répandus avec leurs dommages collatéraux envers notre climat, nos sols, nos océans, nos eaux douces et l’atmosphère afin que l’économie progresse. Le problème c’est que nous sommes entièrement intégrés et dépendants de l’environnement. Détériorer notre environnement pour accroitre la croissance de l’économie est un marché de dupes, mais nous continuons à le tolérer.

Pensez aux plantes. Elles font certainement partie de notre environnement. Les plantes captent l’énergie du soleil et la transforment en nourriture. C’est vraiment stupéfiant lorsque vous y pensez. L’énergie solaire est transformée en nourriture par les plantes. Je pense que c’est Jonathan Swift qui a dit que les cornichons ne sont en réalité que du soleil en bouteille.

Mais mieux encore, les plantes nettoient le bioxyde de carbone de l’atmosphère et nous redonnent l’oxygène. Certaines plantes nous fournissent le bois pour bâtir nos maisons. Plusieurs plantes remontent notre moral que ce soit la beauté des fleurs ou la majesté des arbres gigantesques. Les plantes sont indispensables pour la vie, et dans des conditions de croissance adéquates, elles portent des fruits, de l’air à respirer, du bois pour nos abris et un baume pour nos maux. Et comme si ce n’était pas suffisant, les plantes soutiennent l’entière chaine alimentaire.

Compte tenu du rôle indispensable des plantes, on penserait que nos sociétés prendraient soin de leurs conditions de croissance. Un bon sol, beaucoup d’abeilles pour les plantes qui en ont besoin pour se reproduire, et un climat favorable à leur croissance. En d’autres termes, nous avons besoin de protéger notre environnement, mais nous n’avons pas réussi à le faire.

La production et l’utilisation croissante du pétrole, du gaz et du charbon sont un exemple. Il y a longtemps que nous n’avons plus d’endroits pour emmagasiner la pollution qui provient de la consommation des énergies fossiles. La quantité toujours croissante d’énergie fossile que nous excavons et brulons a submergé la capacité de la nature de recycler cette pollution, lui a permis de s’accumuler dans l’atmosphère et dans les eaux des océans, déstabilisant le climat et acidifiant les eaux à l’échelle globale.

C’est pourquoi il est urgent de réduire notre dépendance envers la consommation de pétrole, de gaz et de charbon en réduisant notre consommation, en faisant la transition vers les sources d’énergie durable et renouvelable comme le soleil, les fibres de bois, le vent et les marées.

Bien que le premier ministre Gallant ait fait connaitre sa stratégie pour le faire en décembre dernier, nous n’avons pas encore vu une seule mesure concrète. Le ministère du Développement de l’énergie et des ressources n’a même pas de direction du développement des énergies renouvelables, ni une section dédiée à l’efficacité énergétique et à la conservation. Il n’existe personne au ministère du Développement énergétique pour promouvoir l’énergie renouvelable.

L’administration n’a pas modifié sa position relative aux énergies renouvelables, ni pour le chauffage des espaces ni pour la génération d’énergie électrique, ou bien pour les véhicules depuis les années de Shawn Graham durant la dernière décennie. De jeunes entrepreneurs et certaines entreprises coopératives ont certainement essayé, mais l’environnement des politiques publiques n’est pas d’un grand secours.

Il existe un nombre remarquable d’entreprises en phase de démarrage dans lesquelles des entrepreneurs du Nouveau-Brunswick ont construit des bâtiments à faible consommation en cherchant à utiliser l’énergie solaire ou éolienne, à manufacturer et vendre des granules de bois, à offrir des dispositifs de stockage d’énergie, à développer des technologies innovatrices d’énergie marémotrice, et à créer les commandes astucieuses pour ces installations.

Il est temps pour l’administration de faire du rattrapage et de mettre en œuvre des politiques utiles sur lesquelles le secteur de l’énergie renouvelable pourrait s’appuyer, mais pour ce faire nous avons besoin de personnes en place à qui l’on a confié cette responsabilité.

L’administration fédérale fait la promotion du développement des énergies renouvelables partout au Canada. Nos ressources d’énergie renouvelables sont abondantes. Leur déploiement va nous permettre de réduire notre consommation de charbon, de pétrole et de gaz naturel et nous pourrons contribuer à cet effort collectif pour réduire la pollution carbonée.

Le premier ministre Gallant a établi la cible de réduction de la pollution au carbone à 4 millions de tonnes durant les douze prochaines années. Il faudrait qu’il fasse du développement des énergies renouvelables une priorité si nous voulons vraiment réaliser cette cible. J’ai introduit une loi à l’Assemblée législative pour y contribuer, mais elle a été défaite.

Il est temps d’être audacieux et de bâtir l’économie du 21e siècle, qui doit être entrainée et alimentée avec des sources durables d’énergie renouvelable. Voilà le concept auquel il vaut la peine de réfléchir durant la semaine de l’environnement. Les plantes peuvent transformer la lumière du soleil en nourriture; il est temps que nous l’utilisions pour alimenter et réchauffer nos maisons, pour énergiser nos véhicules et pour faire fonctionner notre économie.

David Coon est chef du Parti vert du Nouveau-Brunswick et député de Fredericton-Sud.

    Nos principes

    >Droits et responsabilités écologiques

    Une culture fondée sur la coopération, la compassion et la compréhension est essentielle pour éradiquer la violence dans notre société. Notre système juridique doit avoir pour objectif la réadaptation plutôt que la répression.

    >Autonomie locale

    Nous devons, en tant que citoyens, avoir la possibilité et la responsabilité de contribuer au bien commun. Il est fondamental que tous aient le pouvoir de participer à la vie de la collectivité.

    >Démocratie participative

    Tous devraient avoir le même accès aux biens de première nécessité et être traités avec dignité et respect. Les traités conclus avec les Premières nations doivent être respectés.

    >Justice sociale et égalité

    Nous devons pouvoir participer aux décisions qui concernent notre vie et être assurés que notre vote se reflète dans la composition de l’Assemblée législative.

    >Autodétermination et citoyenneté

    Nos collectivités doivent avoir l’entière responsabilité de leur avenir, soutenues par une robuste économie locale et par des sources durables d’aliments locaux et d’énergie renouvelable.

    > Une culture de la paîx et du respect

    Nous devons apprendre à vivre dans les limites écologiques de notre planète et répondre efficacement à nos besoins énergétiques sans le faire aux dépens des générations futures, ni menacer la survie d’autres espèces.

    Signe administratif