Déclaration de David Coon, chef du Parti vert, sur le nouveau gouvernement

FREDERICTON - David Coon, chef du Parti vert du Nouveau-Brunswick, a publié la déclaration suivante après l'assermentation du nouveau cabinet provincial :

« Je tiens à féliciter tous les députés du gouvernement qui ont rejoint ou rejoint à nouveau le cabinet provincial pour leur nomination aujourd'hui.

La décision de séparer le Gouvernement local de l'Environnement et de donner au ministre la responsabilité de la réforme de la gouvernance locale a le potentiel de renforcer la démocratie locale et l'autodétermination, si tel est le mandat que le premier ministre a à l'esprit.

Cette décision a également rendu le ministère de l'Environnement autonome, mais cela ne doit pas entraîner une réduction de son personnel et de sa capacité à fonctionner comme une agence de régulation efficace, et à mettre en œuvre les stratégies d'action provinciales sur le climat, la qualité de l'eau et la réduction des déchets.

J'ai été consterné de voir le premier ministre éliminer un ministre dédié aux Affaires autochtones alors qu'il y a tant à faire pour construire une relation qui respecte les droits des Autochtones, les traités et les terres, tout en éradiquant le racisme systémique.

Compte tenu des grands défis que nous devons relever pour garantir l'accès des Néo-Brunswickois et Néo-Brunswickoises aux services de santé, je me réjouis de travailler avec la nouvelle ministre de la Santé, Dorothy Shephard, avec qui j'ai établi une solide relation de travail alors qu'elle était ministre du Développement social.

Je continuerai à faire partie du comité du Cabinet sur la COVID, qui reprendra ses travaux habituels jeudi.  Nous avons beaucoup de travail à faire pour aider à assurer la sécurité et la santé des gens du Nouveau-Brunswick pendant que nous naviguons dans la pandémie. » 

Nos principes

>Droits et responsabilités écologiques

Une culture fondée sur la coopération, la compassion et la compréhension est essentielle pour éradiquer la violence dans notre société. Notre système juridique doit avoir pour objectif la réadaptation plutôt que la répression.

>Autonomie locale

Nous devons, en tant que citoyens, avoir la possibilité et la responsabilité de contribuer au bien commun. Il est fondamental que tous aient le pouvoir de participer à la vie de la collectivité.

>Démocratie participative

Tous devraient avoir le même accès aux biens de première nécessité et être traités avec dignité et respect. Les traités conclus avec les Premières nations doivent être respectés.

>Justice sociale et égalité

Nous devons pouvoir participer aux décisions qui concernent notre vie et être assurés que notre vote se reflète dans la composition de l’Assemblée législative.

>Autodétermination et citoyenneté

Nos collectivités doivent avoir l’entière responsabilité de leur avenir, soutenues par une robuste économie locale et par des sources durables d’aliments locaux et d’énergie renouvelable.

> Une culture de la paîx et du respect

Nous devons apprendre à vivre dans les limites écologiques de notre planète et répondre efficacement à nos besoins énergétiques sans le faire aux dépens des générations futures, ni menacer la survie d’autres espèces.

Signe administratif