M. Arseneau affirme que l'annulation de la réglementation sur le bois estampillé est une excellente nouvelle pour les Néo-Brunswickois.

ROGERSVILLE - Voici une déclaration faite par Kevin Arseneau, porte-parole du Parti vert en matière d'affaires rurales et député de Kent-Nord, en réaction à l'annonce du gouvernement qui  a modifié le règlement de la Loi sur l’administration du Code du bâtiment afin d'exempter les projets de construction accessoires, comme les cabanons, de l'obligation d'utiliser du bois estampillé. « C’est une excellente nouvelle pour les Néo-Brunswickois. Ce revirement était la seule chose à faire pour le gouvernement, mais c'est une solution à court terme. Il faut mettre sur place système pour certifier le bois scié par les petits producteurs afin que ce bois pourrait être utilisé dans des bâtiments résidentiels, commerciaux et industriels. De plus, une refonte complète de l'industrie forestière doit voir le jour afin de permettre des allocations communautaires afin de faire une place plus importante aux petites scieries, aux petits producteurs de bois et la mise sur place d’un marché locale du bois d’œuvre en encourageant la coopération et des modèles circuits courts. »

Le chef du Parti vert rappelle que les journées de maladie payées sont essentielles pour lutter contre les variantes mortelles

FREDERICTON - Le chef du Parti vert et député de Fredericton-Sud, David Coon, demande au gouvernement Higgs de veiller à ce que tous les travailleurs du Nouveau-Brunswick aient accès à des congés de maladie payés. Hier, le gouvernement de l’Ontario a annoncé un programme de journées de maladie payées pour les travailleurs touchés par le COVID-19. « Qu'un travailleur s'auto-isole en attendant un test COVID et ses résultats, ou qu'il soit malade de la COVID, les congés de maladie payés sont absolument essentiels dans la lutte contre les variantes du coronavirus », a déclaré M. Coon. « Quand on vit d’un chèque de paie à l’autre, il peut être difficile de rester à la maison lorsqu’on a des symptômes ou qu’on doit subir un test. Les journées de maladie payées sont une mesure de santé publique essentielle pour arrêter la propagation des variantes. » La députée de Memramcook-Tantramar, Megan Mitton, a déposé l'année dernière une motion visant à offrir aux travailleurs 5 jours de congé de maladie payé, qui seraient portés à 10 jours en temps de crise, comme pendant le COVID. « Nous sommes dans une course contre les variantes au Nouveau-Brunswick au moment du déploiement des vaccins. Les congés de maladie payés pourraient aider à faire la différence », a déclaré M. Coon.

Le chef du Parti vert demande où est l'argent pour mettre en œuvre le Plan d'action pour les personnes ayant un handicap

FREDERICTON - En prévision de la venue du Conseil du premier ministre pour les personnes handicapées devant le Comité des prévisions budgétaires plus tard cette semaine, le chef du Parti vert et député de Fredericton-Sud, David Coon, veut savoir pourquoi aucune mesure n'a été prise pour mettre en œuvre les recommandations du plan d'action du Conseil pour les personnes handicapées, publié en juillet dernier. « Neuf mois se sont écoulés depuis la publication du plan d'action, mais nous n'en avons pas entendu parler par le gouvernement », a déclaré M. Coon. « Le gouvernement n'a toujours pas présenté une loi sur l'accessibilité au Nouveau-Brunswick, comme l'a recommandé le Conseil, et le budget ne prévoit pas d'augmentation budgétaire pour le Conseil du premier ministre pour les personnes handicapées afin d'aider les autres ministères à mettre le plan en œuvre. » M. Coon se demande également ce qu'il est advenu de la promesse du gouvernement, faite dans le discours du Trône, de tenir des audiences législatives sur l'accessibilité au Nouveau-Brunswick pour les personnes handicapées. « Avant la pandémie et les élections, le premier ministre s'était engagé à ce que le Comité de la politique sociale tienne des audiences sur l'amélioration de l'accessibilité dans la province », a déclaré M. Coon. « Le discours du Trône du gouvernement affirmait que ces audiences auraient lieu au cours de la présente session, mais il n'y a aucune mention de ces audiences dans le calendrier que nous a remis le leader parlementaire du gouvernement le mois dernier. »

L'annulation par le premier ministre des accords sur la taxe sur l'essence conclus avec les Premières Nations met fin à la prétendue réconciliation

FREDERICTON - La décision du premier ministre de résilier les accords de partage des taxes avec les Premières Nations est le dernier clou dans le cercueil de ce qui restait de la relation entre le gouvernement du Nouveau-Brunswick et les Wolastoqiyik et les Mi'Kmaq, selon le chef du Parti vert et député de Fredericton-Sud, David Coon. « Les accords de partage des revenus des taxes fournissent des revenus essentiels qui soutiennent le développement économique et la création d'emplois dans les communautés des Premières Nations. La perte de 44 millions de dollars provenant des taxes sur l'essence perçues par les entreprises des Premières Nations va miner le budget de plusieurs communautés, » a déclaré M. Coon. « Plutôt que de répondre à ses préoccupations par la renégociation des accords, de gouvernement à gouvernement, le premier ministre les rejette, tout comme il a rejeté la nécessité d'une enquête sur le racisme systémique ou la nécessité d'inscrire les droits des Autochtones dans la Loi sur les terres et forêts de la Couronne.  Sous ce gouvernement, tout espoir de réconciliation s'est évaporé, » a déclaré M. Coon.

La critique des Verts sur la santé demande au gouvernement de permettre aux infirmières praticiennes de facturer l'assurance-maladie

FREDERICTON - Après avoir appris que le ministère de la Santé ne financera plus les tests de diagnostic et de laboratoire commandés par les infirmières praticiennes qui travaillent à l'extérieur du système public de santé, la critique des Verts sur la santé et députée de Memramcook-Tantramar Megan Mitton affirme qu'il est temps que le gouvernement intègre toutes les infirmières praticiennes au système public en leur permettant de facturer les services qu'elles fournissent à l'assurance-maladie. « Avoir des praticiennes de soins de santé primaires qui sont prêtes à travailler, mais qui ne peuvent travailler au sein de notre système public, cela défie toute logique » a déclaré Mitton. « Nous avons une pénurie de fournisseurs de soins de santé primaires, alors pourquoi ne payons-nous pas ces professionnelles pour qu'elles fournissent des services de santé, réduisant ainsi la liste d'attente dans notre province? » Le chef du Parti vert et député de Fredericton-Sud, David Coon, ajoute qu'il milite pour ce changement depuis sa première élection en 2014. « Pendant des années, les gouvernements successifs se sont engagés à utiliser pleinement les infirmières praticiennes, tout en ne faisant que des changements progressifs pour embaucher plus d'infirmières praticiennes dans les régies régionales de la santé, » a déclaré Coon. « Il est temps d'apporter ce changement pour améliorer les résultats en soins de santé pour les gens du Nouveau-Brunswick. »

Le chef du Parti vert demande où est le rapport du ministère du Développement social sur les foyers de groupe

FREDERICTON - Le ministère du Développement social n'a pas déposé son plan visant à améliorer le traitement des enfants et des jeunes qui lui sont confiés. À la suite d'un rapport dévastateur de la vérificatrice générale sur la piètre qualité des soins fournis aux enfants et aux jeunes en foyer de groupe, les membres de l'Assemblée législative ont demandé à l'unanimité que Développement social présente un plan pour résoudre le problème au plus tard le 31 mars 2020.  Cela n'a jamais eu lieu. Sous les questions du chef du Parti vert, David Coon, au Comité des comptes publics cette année, le sous-ministre du Développement social s'est engagé à déposer le plan d'ici la fin du mois de mars, avec une année complète de retard.   « Il y a plus d'un an, la vérificatrice générale a mis au jour de sérieux problèmes dans les foyers de groupe qui mettaient gravement en danger les enfants et les jeunes dont le ministre avait la charge. Où est le plan pour sauver ces enfants d'une prise en charge inadéquate, inappropriée et, dans certains cas, préjudiciable, » a demandé M. Coon. « La vérificatrice générale a fait son travail et, en tant que députés, nous avons fait notre travail pour tenir le ministère responsable de la mise en œuvre de ses recommandations. Nous avions prévu de convoquer des témoins pour commenter la pertinence du plan, mais il n'y a pas de plan.  C'est maintenant au ministre du Développement social d'expliquer pourquoi son ministère laisse tomber les jeunes et les enfants pris en charge. »

Le chef du Parti Vert veut que la taxe sur le carbone soit consacrée à l'action climatique

FREDERICTON – Alors que le gouvernement Higgs s’apprête à faire passer la taxe sur le carbone à 40 $ la tonne, le chef du Parti vert et député de Fredericton-Sud, David Coon, exhorte le gouvernement à investir l’entièreté des 28 millions de dollars de revenus supplémentaires dans la réduction des changements climatiques. « L’augmentation des revenus de la taxe sur le carbone nous fournit l'occasion de nous attaquer au changement climatique d'une manière qui réduit les émissions, qui augmente l'efficacité énergétique et qui permet aux Néo-Brunswickois de réduire leur facture de chauffage », a déclaré M. Coon. « Je parle d'investissements majeurs dans les rénovations des maisons et des entreprises, de soutien à l’amélioration du transport public, de remises pour les véhicules électriques et d’augmenter sur le réseau, la part de l’énergie renouvelable à petite échelle. » Récemment lors d’une réunion du Comité des changements climatiques et de l’intendance de l’environnement, la porte-parole des Verts pour l'environnement et députée de Memramcook-Tantramar, Megan Mitton, a critiqué le gouvernement pour avoir attribué 20 millions de dollars provenant de la taxe sur le carbone à la recherche et au développement d’encore plus d'énergie nucléaire. « Notre gouvernement a une attirance obsessive pour l’augmentation de l'énergie nucléaire aux dépens des Néo-Brunswickois et du climat », a déclaré Mme Mitton. « Les Néo-Brunswickois ont besoin de savoir que leur gouvernement voit la crise climatique pour ce qu'elle est, une crise. Le gouvernement doit investir dans les rénovations énergétiques et les technologies existantes éprouvées, comme l'éolien et le solaire, et non dans des technologies coûteuses, potentiellement dangereuses et expérimentales comme les PRM (petit réacteur modulaire) nucléaires. »

La députée Vert Megan Mitton dépose une motion pour contrer la violence sexuelle au Nouveau-Brunswick

Fredericton - La députée de Memramcook-Tantramar, Megan Mitton, qui est la porte-parole du Parti vert pour l'égalité des femmes et les droits de la personne, a déposé aujourd'hui à l'Assemblée législative une motion exhortant le gouvernement à s'attaquer au problème de la violence sexuelle au Nouveau-Brunswick.  « Les statistiques nous révèlent que la violence sexuelle est un problème croissant au Nouveau-Brunswick. Alors que le nombre de signalements de violence sexuelle a augmenté, le nombre de personnes accusées d'un tel crime a considérablement diminué », a déclaré Mme Mitton. « Nous savons également que le risque d'agression sexuelle n'est pas réparti uniformément entre les genres, les orientations sexuelles et les races. La grande majorité des victimes sont des femmes, et près de la moitié ont moins de 18 ans.  Au Canada, les femmes autochtones sont trois fois plus susceptibles d'être confrontées à la violence sexuelle et les personnes LGBTQ y sont deux fois plus susceptibles. »  La motion exhorte le gouvernement à :  - Mettre pleinement en œuvre et financer les recommandations et les actions du document actions énoncées dans le document intitulé Prévenir et intervenir pour contrer la violence sexuelle au Nouveau-Brunswick : Un cadre stratégique d’action; - Examiner les lacunes relatives à la prestation, par l’intermédiaire du ministère de la Justice et de la Sécurité publique, des services aux victimes afin de cerner ces lacunes et de les combler, surtout en ce qui concerne l’endroit où le crime s’est produit;  - Accroître le financement visant les services de première ligne, y compris les maisons de transition;  - Augmenter le financement visant les services de soutien tenant compte des traumatismes, notamment l’accès à ces services sur tous les campus des universités publiques;   - Adopter une mesure législative exigeant de toutes les universités à dotation publique qu’elles soient dotées d’une politique distincte à l’égard de la violence sur les campus et que la mesure législative comprenne des dispositions prévoyant la participation des étudiants au processus d’ébauche et de modification de ces politiques et des éléments de mesure qui garantissent une structure de signalement claire pour chaque établissement; « J'espère que mes collègues comprendront que la violence sexuelle est omniprésente au Nouveau-Brunswick et qu'ils apporteront leur soutien à la lutte contre ce fléau », a déclaré Mme Mitton. « La violence sexuelle n'est pas un problème de femmes, c’est un problème complexe de société, qui exige une approche à multiples facettes si on veut obtenir des résultats. L'action du gouvernement en réponse à cette motion serait un pas dans la bonne direction. »

La critique du Caucus vert en matière d'environnement dénonce la mauvaise gestion des revenus de la taxe sur le carbone

Fredericton - Megan Mitton, députée de Memramcook-Tantramar et critique du Caucus vert en matière d'environnement, dénonce la mauvaise gestion des revenus de la taxe sur le carbone par le gouvernement Higgs. Celui-ci a réduit de 5 millions de dollars le financement annuel des mesures d'amélioration de l'efficacité énergétique des bâtiments gouvernementaux, dont les écoles, les hôpitaux et les bureaux, tout en investissant le même montant dans la recherche sur la technologie non éprouvée des petits réacteurs nucléaires modulaires. « Il n’est pas responsable pour le gouvernement de rediriger l'argent des initiatives d'efficacité énergétique qui permettraient aux contribuables d’économiser, tout en réduisant notre empreinte carbone, et de le gaspiller sur une technologie nucléaire non testée, » a déclaré Mitton. « Les petits réacteurs nucléaires modulaires ne sont ni propres, ni verts. Il s'agit donc d'une dépense totalement inappropriée de l'argent des changements climatiques qui pourrait plutôt aider les gens du Nouveau-Brunswick à réduire leurs factures de chauffage. » Mitton a de plus critiqué le gouvernement d'avoir renoncé à 10 millions de dollars en revenus de la taxe sur le carbone en ne dépensant que 26 millions des 36 millions prévus au budget. Pendant ce temps, il n'y a aucun fonds provenant de la taxe sur le carbone pour favoriser l'expansion de l'énergie renouvelable, malgré les demandes des collectivités de la province. Le financement du programme d'efficacité énergétique de Développement social est aussi insuffisant pour répondre à la demande. « Nous sommes en situation d'urgence climatique, et pourtant le premier ministre choisit d'utiliser 10 millions de dollars provenant des revenus de la taxe sur le carbone pour permettre d'équilibrer le budget, » a déclaré Mitton. « Le gouvernement doit investir chaque sou du revenu de la taxe sur le carbone dans des initiatives qui permettraient aux citoyens et aux citoyennes du Nouveau-Brunswick d'économiser tout en réduisant les émissions de carbone, comme le font le programme d'efficacité énergétique de Développement social et l'expansion de l'énergie renouvelable à bas prix. »

La députée Verte Megan Mitton brise les barrières pour les femmes du Nouveau-Brunswick

Fredericton - Le mardi 9 mars, la députée de Memramcook-Tantramar Megan Mitton a annoncé qu'elle attendait un bébé en juin. Elle travaille avec l'Assemblée législative pour établir les protocoles pour une députée qui attend un enfant. « Il est difficile de croire que nous sommes en 2021 et qu'il n'y a toujours pas de procédure prévue pour accommoder les députées lorsqu’elles ont des bébés », a déclaré Mme Mitton.  « Cela illustre le travail qu'il nous reste à faire pour rendre les espaces politiques - espaces traditionnellement occupés par les hommes - plus accueillants pour les femmes et les autres genres. »  Megan Mitton espère apporter des changements aux règles de l'Assemblée législative afin que les futures députées sachent à quoi s'attendre lorsqu'elles attendent un enfant. « Nous naviguons en territoire inconnu au Nouveau-Brunswick. Les changements nécessaires vont de petites choses comme l'installation de tables à langer dans les salles de bain de l'enceinte législative à des choses plus importantes comme le congé parental », a déclaré Mme Mitton. « C'est l’occasion idéale pour apporter des changements qui ouvriront la porte aux jeunes qui veulent se présenter aux élections et avoir des enfants. Nous avons besoin de diversité au sein de notre assemblée législative pour nous assurer que tous les Néo-Brunswickois et Néo-Brunswickoises sont représentés. » « Megan ouvre la voie pour que l'Assemblée législative soit accueillante pour les femmes et pour les familles, et c’est un projet ambitieux dans cette institution dominée par les hommes », a déclaré le chef du Parti vert, David Coon. J’ai hâte de participer à ces changements historiques, attendus depuis trop longtemps, avec mes collègues du Comité de l’administration de l’Assemblée législative. »

Signe administratif