Le chef du Parti vert déplore que le travail des comités soit bloqué par l’ajournement de la législature

Fredericton - David Coon, le chef du Parti vert et député de Fredericton-Sud, affirme qu'en fermant l'Assemblée législative, le gouvernement Higgs empêche d'importants travaux des comités. « Le gouvernement, avec l'appui de l'opposition libérale, a mis un terme brutal au travail de la branche législative du gouvernement », a déclaré M. Coon.  « Sept comités ne peuvent pas commencer leur travail parce que l'Assemblée législative n'a pas encore approuvé leur composition ou leur président.  En l’absence de moyens pour les membres de participer virtuellement à la séance de l’Assemblée, il est évident que nous ne nous réunirons pas avant le début de la nouvelle année. ». Jusqu'à présent, l’Assemblée n'a approuvé la composition que d'un seul comité, le Comité permanent de la politique économique chargé d'étudier les projets de loi du gouvernement. La composition des comités doit être établie par une motion soumise au vote des députés, cela exige que l'Assemblée législative soit en session. continuer la lecture

Le caucus vert propose un débat d'urgence à la législature sur les séances hybrides ou virtuelles

Fredericton — Cet après-midi, à l'Assemblée législative, le député du Parti vert de Kent-Nord et leader parlementaire par intérim Kevin Arseneau présentera une motion demandant un débat d'urgence sur les séances hybrides ou virtuelles de l'Assemblée législative. Un système hybride est utilisé à la Chambre des communes. Depuis septembre, les députés ont la possibilité de participer au débat et de voter virtuellement. « Mes collègues du caucus et moi-même n'avons cessé de demander, depuis avril, un système virtuel ou hybride pour les séances de l'Assemblée, » a déclaré M. Arseneau. « L'Assemblée législative a eu plus de six mois pour étudier et mettre en place un système qui permettrait aux députés qui ne peuvent pas être à Fredericton pour des raisons de santé publique de représenter leurs électeurs en participant aux débats et en votant sur des lois importantes. » L'article 45 du Règlement de l'Assemblée législative permet un débat d'urgence pour discuter d'une question spécifique et importante nécessitant un examen urgent. Selon M. Arseneau, permettre à l'Assemblée législative de continuer à fonctionner pendant une pandémie est d'une importance vitale pour la démocratie.  « Nous ne pouvons pas nous permettre de suspendre nos institutions démocratiques en temps de crise, surtout lorsqu'il existe des options sécuritaires et éprouvées, comme cela a été démontré de manière convaincante à la Chambre des communes, » a affirmé M. Arseneau. « L'Assemblée législative n'a siégé que 12 jours complets d'affaires courantes sur 328 cette année. » « Tandis que les membres de l'Assemblée législative sont invités à rester chez eux, le gouvernement demande aux travailleurs de la province, y compris les enseignantes et enseignants, les travailleurs et travailleuse de vente au détail et les travailleurs et travailleuses de la santé, d'aller travailler tous les jours, » a déclaré M. Arseneau. « La démocratie est un service essentiel. »  

Le chef du Parti vert dépose un projet de loi pour protéger les locataires

FREDERICTON - Dans la foulée des fortes augmentations de loyer que certains Néo-Brunswickois et Néo-Brunswickoises ont connues cette année, David Coon, chef du Parti vert du Nouveau-Brunswick et député de Fredericton-Sud, déposera vendredi une loi modifiant la Loi sur la location de locaux d’habitation afin d'établir un contrôle des loyers pour protéger les locataires contre les augmentations de loyer déraisonnables. « Les locataires du Nouveau-Brunswick ont moins de protections juridiques que les autres Canadiens, » a déclaré M. Coon.  « C'est pourquoi j'ai déposé un projet de loi pour renforcer notre faible loi sur les locations résidentielles il y a presque deux ans. »  Le projet de loi, qui reflète des sections du projet de loi de Coon de 2018, propose de : Garantir que le loyer d'un locataire n'augmentera pas au cours de la première année de location, Veiller à ce que le loyer d'un locataire ne puisse être augmenté qu'une fois par an, et Fixer un plafond annuel pour l'augmentation des loyers « Quatre provinces, dont l'Île-du-Prince-Édouard, ont mis en place un contrôle des loyers pour protéger les locataires contre les fortes augmentations, alors que le Nouveau-Brunswick est la seule province qui permet aux propriétaires d'augmenter le loyer plusieurs fois par an, » a déclaré M. Coon.  « Nous devons nous assurer que les locataires qui ne peuvent se permettre de fortes hausses de leur loyer ne soient pas laissés au froid sans logement cet hiver. »

Les députés verts annoncent leurs rôles de critique et leurs domaines d’intérêt

Fredericton - Le mercredi 18 novembre, les députés verts ont annoncé leurs rôles de critique et leurs domaines politiques prioritaires. David Coon, chef du Parti vert du Nouveau-Brunswick et député de Fredericton-Sud, sera le porte-parole pour les Affaires autochtones, le bureau du Conseil exécutif, les Affaires intergouvernementales, les Ressources naturelles et le Développement de l'Énergie, l'Éducation postsecondaire, la Formation et le Travail, et le Développement social. Megan Mitton, députée de Memramcook-Tantramar, sera la porte-parole pour les questions de communautés saines et inclusives, de justice climatique et d'éducation. Les ministères dont elle sera responsable sont les suivants : Éducation et Développement de la petite enfance; Environnement et Changements climatiques; Santé ; Services Nouveau-Brunswick; Transports et Infrastructures; Égalité des femmes; Droits de la personne; et Conseil du Premier ministre pour les personnes handicapées. Kevin Arseneau, député de Kent-Nord, sera le porte-parole responsable en matière de développement et de vitalité des territoires, de souveraineté alimentaire et de justice fiscale, économique et sociale. Les ministères dont il sera responsable sont les suivants : Agriculture, Aquaculture et Pêches ; Finances et Conseil du Trésor; Justice et Sécurité publique; Gouvernement local; Langues officielles; Développement rural et Développement économique;  Tourisme, Patrimoine et Culture. « Notre équipe est prête à se mettre au travail, » a déclaré M. Coon. « Nous allons demander des comptes au gouvernement Higgs, tout en faisant avancer les dossiers importants avec des idées et des solutions. »

Le chef du Parti vert réclame un plan plus ambitieux en matière de logement abordable

FREDERICTON - Le chef du Parti vert et député provincial de Fredericton-Sud, David Coon, demande au gouvernement Higgs d'être plus ambitieux en matière de logement abordable. L'engagement actuel est d'augmenter l'offre de logements subventionnés de seulement 1 % d'ici 2022. « Il y a 5 668 ménages sur la liste d'attente du ministère du Développement social pour un logement subventionné, y compris une augmentation de 758 depuis juillet, » a affirmé M. Coon. « L'objectif du gouvernement d'ajouter seulement 151 unités sur trois ans est une goutte d'eau dans un seau qui coule. » En 2018, 28 000 ménages du Nouveau-Brunswick avaient besoin d'un logement abordable selon la SCHL, défini par le nombre de ménages payant plus de 30 % de leur revenu pour le logement. Pourtant, le financement du Programme de logement locatif abordable est demeuré inchangé les trois dernières années, à moins d'un million de dollars par an. « J'ai été choqué d'apprendre que les promoteurs de logements à but non lucratif ont été informés que la province ne contribuera plus aux projets financés par le gouvernement fédéral, » a déclaré M. Coon. « Puisque les besoins sont si grands et que le coût des emprunts est si bas, le gouvernement devrait faire de nouveaux investissements majeurs dans le logement abordable dès maintenant. Cela veut dire qu'ils doivent prévoir au budget bien plus haut que leurs obligations en vertu de l'accord bilatéral signé avec Ottawa dans le cadre de la Stratégie nationale du logement de 2017. »

Le caucus des Verts demande au gouvernement Higgs d’instaurer un contrôle des loyers

FREDERICTON – David Coon le chef du Parti vert et député de Fredericton-Sud demande au gouvernement Higgs de mettre en place un contrôle des loyers afin de protéger les Néo-Brunswickois contre les augmentations de loyer déraisonnables. « Les locataires du Nouveau-Brunswick ont moins de protections juridiques que les autres Canadiens », a déclaré M. Coon.  « C’est pourquoi j’ai tenté, en déposant un projet de loi il y environ deux ans, d’améliorer notre Loi sur la location de locaux d’habitation. » Le projet de loi de M. Coon a donné lieu à un lobbying concerté de la part de certains promoteurs immobiliers locatifs pour convaincre le gouvernement et l'opposition officielle de le rejeter. Le projet de loi ne s’est pas rendu à l’étape de la deuxième lecture avant la fin de la session du printemps. Depuis cette tentative des Verts pour renforcer les protections juridiques pour les locataires, la propriété du logement locatif au Nouveau-Brunswick a poursuivi son exode vers des sociétés hors de la province. Coon ainsi que Megan Mitton, porte-parole des Verts pour Services Nouveau-Brunswick et députée de Memramcook-Tantramar, demandent à Mary Wilson, la ministre responsable de Services Nouveau-Brunswick, de présenter dès cet automne un projet de loi qui protégerait mieux les locataires du Nouveau-Brunswick contre les augmentations injustifiées. « Le logement est un droit fondamental de la personne. Les augmentations importantes et injustifiables des loyers auront des conséquences néfastes telles que l'augmentation du nombre de sans-abri et une pauvreté accrue », a déclaré Mme Mitton. « Le gouvernement doit imposer des contrôles des loyers pour protéger les locataires et pour prévenir ces conséquences néfastes ».

Le rapport du Syndicat des infirmières et infirmiers du N.-B. au sujet des foyers de soins sonne l’alarme selon le chef du Parti vert

FREDERICTON – Le chef du Parti vert David Coon et son caucus considèrent que l’enquête sur les foyers de soins de longue durée menée par le Syndicat des infirmières et infirmiers du N.-B doit servir d’avertissement pour les dirigeants politiques de la province.  Le rapport, La génération oubliée. Appel urgent à entamer une réforme du secteur des soins de longue durée au Nouveau Brunswick indique que 73% des infirmiers et infirmières interrogés constatent que le niveau de soins aux résidents de leurs foyers de soins se sont détériorés au cours des cinq dernières années.  « L’enquête du Syndicat des infirmières et infirmiers lève le voile sur la négligence systémique des gouvernements successifs à l’égard des soins pour les personnes aînées. » affirme M. Coon. « Un après l’autre, les gouvernements ont refusé de fournir le financement minimal nécessaire au respect des normes provinciales de soins, pourtant déjà insuffisantes. » Les infirmières et infirmiers qui œuvrent dans les foyers de soins rapportent que les résidents ne reçoivent pas le soutien émotif requis 62% du temps, ne font pas les exercices 71% du temps, et ne reçoivent pas 31% du temps les soins d’hygiène en temps opportun. Selon le rapport, près de la moitié des foyers ont été en 2019, incapables de respecter le seuil minimal de dotation en personnel. Le recours au personnel occasionnel a augmenté pour atteindre un niveau inacceptable de plus de 75%. « Le système est en crise. Le niveau de financement ne correspond pas aux besoins en soins de santé des résidents. Cela signifie que la plupart des résidents ne reçoivent pas les 2.89 heures de soins promis car le personnel doit répondre aux besoins les plus urgents » a déclaré David Coon. continuer la lecture

Le chef du Parti vert réclame du gouvernement un engagement en matière de soins de santé mentale

La Semaine canadienne de la santé mentale prendra fin samedi le 10 octobre avec la Journée mondiale de la santé mentale. David Coon, le chef du Parti vert et député de Fredericton-Sud exhorte le gouvernement Higgs à rapidement mettre en œuvre sa promesse électorale de créer des cliniques de santé mentale sans rendez-vous partout dans la province et d’agir pour améliorer le système de soins en santé mentale. « Que moins de cinq pourcents de notre budget en santé soit consacré au traitement des maladies mentales est scandaleux » d’après David Coon. « En plus de créer des cliniques de santé mentale, on doit fournir le financement nécessaire pour transformer les équipes d’intervention d’urgence en santé mentale en premiers répondants, 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 et pour que les frais de psychothérapie soient payés par l’assurance-maladie. » Les régies régionales de la santé administrent des équipes mobiles d’invention d’urgence en santé mentale mais leur faible financement limite les heures d’opération et le territoire desservi ce qui fait que les policiers doivent répondre aux appels de santé mentale malgré qu’ils ne possèdent pas la formation nécessaire à ces interventions.  M. Coon explique que les équipes mobiles d’intervention d’urgence en santé mentale doivent être financées afin de former une nouvelle catégorie de premiers répondants, des professionnels de la santé mentale qui répondront 24 heures sur 24 aux appels de santé mentale ou de vérification du bien-être plutôt que les policiers. Comme l’assurance-maladie ne défraie pas les soins de santé mentale, plusieurs personnes ne reçoivent pas de soins. « Si vous avez besoin de chimiothérapie pour un cancer ou de physiothérapie pour traiter une blessure, l’assurance-maladie couvre les frais. Mais si vous avez besoin de psychothérapie pour traiter votre maladie mentale, vous devez payer la facture et ça c’est inacceptable » conclut David Coon. M. Coon considère que la création de cliniques sans rendez-vous qui réduirait considérablement le temps d’attente, le service de premiers répondants et le financement public de la psychothérapie contribueraient grandement à l’amélioration des soins de santé mentale au Nouveau-Brunswick.  

Le chef du Parti vert appelle le premier ministre à ouvrir des négociations sur les droits territoriaux des Wolastoqey

Une fois de plus, les Premières Nations du Nouveau-Brunswick sont obligées de recourir aux tribunaux en raison du refus des gouvernements successifs de reconnaître et de mettre en œuvre leurs droits à la terre et aux ressources, malgré l’avertissement de la Cour suprême aux gouvernements provinciaux de reconnaître et de négocier la mise en œuvre de ces droits. Hier, les chefs Wolastoqey ont annoncé qu’ils chercheraient à obtenir la reconnaissance par la Cour du titre de la Nation Wolastoqey sur leur territoire traditionnel. Cela fait suite au dépôt judiciaire de 2016 par Elsipogtog demandant la confirmation du titre de la Nation Mi’kmaq sur le district de Sikniktuk dans l’est du Nouveau-Brunswick. « Les ministres libéraux et conservateurs des gouvernements successifs ont régulièrement reconnu lors d’événements publics que les Premières Nations du Nouveau-Brunswick n’avaient jamais cédé leurs terres, mais toute tentative des chefs des Premières Nations de négocier la mise en œuvre des droits territoriaux issus des traités a été rejetée », a déclaré David Coon, Chef du Parti vert et député de Fredericton-Sud.  « J’appelle le premier ministre Blaine Higgs à ouvrir des négociations sur la mise en œuvre des droits territoriaux afin d’éviter une bataille juridique coûteuse et inutile qui aboutira inévitablement à la Cour suprême », a déclaré Coon.

Le chef du Parti vert appelle le gouvernement Higgs à mieux soutenir les personnes vivant avec un handicap

FREDERICTON – À l’occasion de la Semaine de sensibilisation à la situation des personnes handicapées, David Coon, le chef du Parti vert invite le gouvernement Higgs à donner suite aux principales recommandations du Plan d’action pour les personnes ayant un handicap au Nouveau-Brunswick y compris la présentation dès le retour en novembre d’un projet de Loi sur l’accessibilité. « Alors que nous avons fait des progrès importants du côté de la sensibilisation des Néo-Brunswickois à la situation des personnes vivant avec un handicap, les politiques et la règlementation gouvernementales n’ont pas beaucoup évolué. » selon David Coon.  « En mettant en œuvre les 43 recommandations du rapport du  Conseil du Premier ministre pour les personnes handicapées, le premier ministre pourrait démontrer sa volonté d’assurer une existence digne aux personnes handicapées. »  Coon a aussi exhorté le gouvernement Higgs à améliorer l’aide au revenu apportée aux personnes handicapées en créant un programme de revenu de subsistance garanti pour ces personnes et en abrogeant la Directive sur le revenu des ménages.  « La Directive sur le revenu des ménages est punitive et empêche les personnes handicapées bénéficiaires de l’aide au revenu de partager un logement » a déclaré M. Coon. Le nouveau ministre du Développement social doit dès maintenant éliminer cette directive. »

Signe administratif