L'annulation par le premier ministre des accords sur la taxe sur l'essence conclus avec les Premières Nations met fin à la prétendue réconciliation

FREDERICTON - La décision du premier ministre de résilier les accords de partage des taxes avec les Premières Nations est le dernier clou dans le cercueil de ce qui restait de la relation entre le gouvernement du Nouveau-Brunswick et les Wolastoqiyik et les Mi'Kmaq, selon le chef du Parti vert et député de Fredericton-Sud, David Coon.

« Les accords de partage des revenus des taxes fournissent des revenus essentiels qui soutiennent le développement économique et la création d'emplois dans les communautés des Premières Nations. La perte de 44 millions de dollars provenant des taxes sur l'essence perçues par les entreprises des Premières Nations va miner le budget de plusieurs communautés, » a déclaré M. Coon.

« Plutôt que de répondre à ses préoccupations par la renégociation des accords, de gouvernement à gouvernement, le premier ministre les rejette, tout comme il a rejeté la nécessité d'une enquête sur le racisme systémique ou la nécessité d'inscrire les droits des Autochtones dans la Loi sur les terres et forêts de la Couronne.  Sous ce gouvernement, tout espoir de réconciliation s'est évaporé, » a déclaré M. Coon.

Nos principes

>Droits et responsabilités écologiques

Une culture fondée sur la coopération, la compassion et la compréhension est essentielle pour éradiquer la violence dans notre société. Notre système juridique doit avoir pour objectif la réadaptation plutôt que la répression.

>Autonomie locale

Nous devons, en tant que citoyens, avoir la possibilité et la responsabilité de contribuer au bien commun. Il est fondamental que tous aient le pouvoir de participer à la vie de la collectivité.

>Démocratie participative

Tous devraient avoir le même accès aux biens de première nécessité et être traités avec dignité et respect. Les traités conclus avec les Premières nations doivent être respectés.

>Justice sociale et égalité

Nous devons pouvoir participer aux décisions qui concernent notre vie et être assurés que notre vote se reflète dans la composition de l’Assemblée législative.

>Autodétermination et citoyenneté

Nos collectivités doivent avoir l’entière responsabilité de leur avenir, soutenues par une robuste économie locale et par des sources durables d’aliments locaux et d’énergie renouvelable.

> Une culture de la paîx et du respect

Nous devons apprendre à vivre dans les limites écologiques de notre planète et répondre efficacement à nos besoins énergétiques sans le faire aux dépens des générations futures, ni menacer la survie d’autres espèces.

Signe administratif