Les Verts espèrent que la troisième fois sera la bonne pour le projet de loi sur la sécurité alimentaire locale

Fredericton - Le 16 décembre, le porte-parole du Parti vert en matière d'agriculture et député de Kent-Nord, Kevin Arseneau, a déposé pour la troisième fois un projet de loi des Verts demandant à la province de créer et de maintenir une industrie alimentaire locale durable et autosuffisante qui place les besoins alimentaires de la population au centre des politiques.

« Nous ne produisons que 8 % des fruits et légumes que nous consommons dans la province, » a déclaré M. Arseneau. « Au printemps, le premier ministre Higgs s'est engagé à augmenter l'approvisionnement local en nourriture ici au Nouveau-Brunswick, c'est pourquoi je présente ce projet de loi pour la troisième fois. »

Le projet de loi vise à renforcer et à garantir une économie alimentaire locale durable au Nouveau-Brunswick, à promouvoir l'approvisionnement en denrées alimentaires locales et l'accès aux institutions publiques, à améliorer la santé des Néo-Brunswickois et Néo-Brunswickoises grâce à une plus grande disponibilité de denrées alimentaires locales fraîches et à offrir aux élèves un enseignement sur l'alimentation, l'agriculture et le jardinage dans les écoles.

« Nous essayons de faire avancer ce dossier depuis que le chef du Parti vert David Coon a déposé un projet de loi similaire en 2015, mais il a été rejeté par les libéraux, » a déclaré M. Arseneau. « Avec le prix du panier d'épicerie qui devrait augmenter considérablement l'année prochaine, il est essentiel que nous agissions maintenant pour produire plus d’aliments ici au Nouveau-Brunswick, ce qui soutient des moyens de subsistance durables et respecte le travail de tous les producteurs alimentaires. »

Sur un autre sujet lié à l'agriculture, le député Arseneau exprime sa solidarité avec les dizaines de milliers d'agriculteurs de l’Inde qui continuent de protester contre les nouvelles lois agricoles qui nuisent aux petits producteurs alimentaires en les rendant vulnérables à l'exploitation par les grandes entreprises.

Nos principes

>Droits et responsabilités écologiques

Une culture fondée sur la coopération, la compassion et la compréhension est essentielle pour éradiquer la violence dans notre société. Notre système juridique doit avoir pour objectif la réadaptation plutôt que la répression.

>Autonomie locale

Nous devons, en tant que citoyens, avoir la possibilité et la responsabilité de contribuer au bien commun. Il est fondamental que tous aient le pouvoir de participer à la vie de la collectivité.

>Démocratie participative

Tous devraient avoir le même accès aux biens de première nécessité et être traités avec dignité et respect. Les traités conclus avec les Premières nations doivent être respectés.

>Justice sociale et égalité

Nous devons pouvoir participer aux décisions qui concernent notre vie et être assurés que notre vote se reflète dans la composition de l’Assemblée législative.

>Autodétermination et citoyenneté

Nos collectivités doivent avoir l’entière responsabilité de leur avenir, soutenues par une robuste économie locale et par des sources durables d’aliments locaux et d’énergie renouvelable.

> Une culture de la paîx et du respect

Nous devons apprendre à vivre dans les limites écologiques de notre planète et répondre efficacement à nos besoins énergétiques sans le faire aux dépens des générations futures, ni menacer la survie d’autres espèces.

Signe administratif