Le chef du Parti vert réclame le financement du transport public

Dans un ultime effort pour maintenir un service d’autobus permettant aux gens de leurs communautés d’accéder aux services de santé, au travail et à l'école, certaines municipalités tentent de trouver des fonds dans leurs revenus provenant de l'impôt foncier. À la suite de l’annonce de Maritime Bus qui abandonnera dès demain son service à Campbellton et à Edmundston, le chef du Parti vert du Nouveau-Brunswick, David Coon, demande au premier ministre Higgs d'utiliser les recettes des taxes sur l'essence pour financer le service d'autobus interurbain.

« Le transport public est un bien public, qui doit être financé par l'État », a déclaré David Coon, chef du Parti vert du Nouveau-Brunswick. « Partout ailleurs au Canada, 50 % des coûts du transport public sont financés par l'État, le reste provenant de la vente des billets.  Dans une province où tant de personnes n'ont pas la capacité ou le revenu nécessaire pour se déplacer en automobile privée et où les taux élevés de maladies chroniques et de cancer obligent de consulter fréquemment un médecin, il est cruel que le gouvernement du Nouveau-Brunswick ne fournisse pas d’aide financière à cette infrastructure de transport essentielle".

Maritime Bus a déclaré qu'il devra supprimer le service d’autobus sur la plus grande partie du Nouveau-Brunswick, à moins d’obtenir un financement public permettant de relier les communautés entre elles. Le service ferroviaire dans le nord et l'est du Nouveau-Brunswick a été suspendu par VIA Rail en novembre dernier, laissant Maritime Bus comme seule source de transport public entre les communautés.

« Je suis déconcerté par l'indifférence du Premier ministre à l'égard des Néo-Brunswickois qui dépendent des transports publics pour accéder aux services de santé, à l'école ou au travail. Comment conçoit-il le rôle du gouvernement si ce n'est pas de soutenir sa population ?  Il peut utiliser les revenus de la taxe sur le carbone du gouvernement fédéral pour faire rouler les autobus, puis réserver 2 cents par litre de la taxe-carbone sur l'essence pour s'assurer que nous ayons l'infrastructure de transport public qui permet aux gens de se rendre là où ils doivent aller », a déclaré M. Coon.

Coon appuie également l'appel lancé aux premiers ministres des Maritimes par le leader vert de l'opposition officielle de l'Î.-P.-É. pour qu'ils convoquent une réunion d'urgence afin de convenir d'un plan de maintien du  service d’autobus dans les Maritimes.

Nos principes

>Droits et responsabilités écologiques

Une culture fondée sur la coopération, la compassion et la compréhension est essentielle pour éradiquer la violence dans notre société. Notre système juridique doit avoir pour objectif la réadaptation plutôt que la répression.

>Autonomie locale

Nous devons, en tant que citoyens, avoir la possibilité et la responsabilité de contribuer au bien commun. Il est fondamental que tous aient le pouvoir de participer à la vie de la collectivité.

>Démocratie participative

Tous devraient avoir le même accès aux biens de première nécessité et être traités avec dignité et respect. Les traités conclus avec les Premières nations doivent être respectés.

>Justice sociale et égalité

Nous devons pouvoir participer aux décisions qui concernent notre vie et être assurés que notre vote se reflète dans la composition de l’Assemblée législative.

>Autodétermination et citoyenneté

Nos collectivités doivent avoir l’entière responsabilité de leur avenir, soutenues par une robuste économie locale et par des sources durables d’aliments locaux et d’énergie renouvelable.

> Une culture de la paîx et du respect

Nous devons apprendre à vivre dans les limites écologiques de notre planète et répondre efficacement à nos besoins énergétiques sans le faire aux dépens des générations futures, ni menacer la survie d’autres espèces.

Signe administratif