Le chef du Parti Vert déclare que la nomination politique des agents électoraux doit cesser

David Coon, chef du Parti vert et député de Fredericton-Sud, dit qu'il est temps que le gouvernement dépolitise le processus de nomination des directeurs et directrices du scrutin et des commis aux élections, comme l’a recommandé Élections NB.

« Il est temps de mettre fin aux nominations politiques des fonctionnaires électoraux », a déclaré Coon. « La plupart des gens seront consternés d'apprendre que c’est le parti au pouvoir qui nomme les agents électoraux qui dirigent les élections dans leur circonscription. Notre directrice générale des élections recommande que son bureau prenne la relève, et j’appuie cette recommandation. »

La directrice générale des élections, Kim Poffenroth, a publié mercredi son rapport sur l'élection tenue l'automne dernier en pleine pandémie, faisant neuf recommandations, notamment la nomination des directeurs et directrices du scrutin par la commission électorale indépendante, le prolongement de la durée minimale des campagnes dans le cas d’élections anticipées, et l’amélioration du processus de vote par courrier.

« Il n'est pas surprenant que la directrice générale des élections ait constaté qu'il y avait des choses à régler avec le processus d'élection », a déclaré Coon. « Pendant la campagne, mes candidats et moi en avons fait l'expérience personnellement. »

Coon souhaite que Jeff Carr, le président du Comité permanent de la procédure, des privilèges et des hauts fonctionnaires de l'Assemblée, accepte que Mme Poffenroth présente son rapport et réponde aux questions des membres du comité. Le défenseur des enfants et de la jeunesse et la commissaire aux langues officielles attendent également une invitation du président du comité pour présenter leurs récents rapports annuels au comité législatif comme ils l'ont fait par le passé.

« J'ai écrit au président du comité il y a deux semaines en tant que membre du comité, lui demandant de planifier une réunion pour entendre nos hauts fonctionnaires de l'Assemblée législative et de commencer le travail sur un projet de règlement pour guider une séance virtuelle de l'Assemblée législative. Étonnamment, le travail des comités législatifs continue d’être contrôlé par le cabinet du premier ministre plutôt que par l’Assemblée législative, et ma requête demeure sans réponse. »

Nos principes

>Droits et responsabilités écologiques

Une culture fondée sur la coopération, la compassion et la compréhension est essentielle pour éradiquer la violence dans notre société. Notre système juridique doit avoir pour objectif la réadaptation plutôt que la répression.

>Autonomie locale

Nous devons, en tant que citoyens, avoir la possibilité et la responsabilité de contribuer au bien commun. Il est fondamental que tous aient le pouvoir de participer à la vie de la collectivité.

>Démocratie participative

Tous devraient avoir le même accès aux biens de première nécessité et être traités avec dignité et respect. Les traités conclus avec les Premières nations doivent être respectés.

>Justice sociale et égalité

Nous devons pouvoir participer aux décisions qui concernent notre vie et être assurés que notre vote se reflète dans la composition de l’Assemblée législative.

>Autodétermination et citoyenneté

Nos collectivités doivent avoir l’entière responsabilité de leur avenir, soutenues par une robuste économie locale et par des sources durables d’aliments locaux et d’énergie renouvelable.

> Une culture de la paîx et du respect

Nous devons apprendre à vivre dans les limites écologiques de notre planète et répondre efficacement à nos besoins énergétiques sans le faire aux dépens des générations futures, ni menacer la survie d’autres espèces.

Signe administratif