Le chef du Parti vert affirme que les coupes dans les services d'autobus réduiront l'accès aux soins de santé pour certains citoyens du Nouveau-Brunswick

Selon David Coon, chef du Parti vert du Nouveau-Brunswick et député provincial de Fredericton-Sud, l'annonce d’aujourd'hui par Maritime Bus de la réduction du service de transport public dans une grande partie du Nouveau-Brunswick aura pour effet immédiat de réduire considérablement l'accès aux services de santé pour les Néo-Brunswickois et Néo-Brunswickoises ayant des revenus modestes.

« Le transport public est un service essentiel pour toute personne qui n'a pas les moyens de posséder une voiture ou qui est incapable de conduire, » a déclaré M. Coon. « Je demande au premier ministre Higgs de se joindre à ses collègues de la Nouvelle-Écosse et de l'Île-du-Prince-Édouard pour négocier un accord de contribution qui maintiendra les autobus sur nos routes, comme l'ont déjà fait les premiers ministres King et McNeil. »

Dans un communiqué de presse publié aujourd'hui, Mike Cassidy, PDG de Maritime Bus, a annoncé qu'il était contraint de mettre fin au service d'autobus sur les lignes de Fredericton à Edmundston et de Moncton à Campbellton. Le service d'autobus sera maintenu entre Sackville, Moncton, Saint John et Fredericton dans le cadre des accords conclus avec la Nouvelle-Écosse et de l'Île-du-Prince-Édouard pour que leurs citoyens puissent accéder aux hôpitaux régionaux et aux centres de réadaptation du Nouveau-Brunswick, comme le Centre d’excellence en trouble du spectre de l’alcoolisation fœtale de Moncton ou le Centre de réadaptation Stan Cassidy de Fredericton.

« Le premier ministre ne peut pas abandonner les Néo-Brunswickois et Néo-Brunswickoises comme ça.  Il doit revenir sur sa décision et négocier un accord de contribution pour maintenir en activité cette bouée de sauvetage vers les traitements médicaux, » a déclaré M. Coon. « Les insulaires et gens de Halifax pourront prendre l'autobus jusqu'à Moncton, Saint John ou Fredericton pour se faire soigner, mais si vous vivez à Campbellton, Miramichi, Edmundston ou Perth-Andover, si vous ne pouvez pas conduire, vous devrez faire de l'auto-stop pour avoir accès à des traitements contre le cancer, à des soins cardiaques ou à des services de réadaptation spécialisés. »

Il y a cinq ans, un groupe distingué de gens du Nouveau-Brunswick, dirigé par le Dr Yves Bourgeois, doyen du campus de Shippagan de l'Université de Moncton, a été chargé par le gouvernement Gallant d'élaborer une stratégie de transport public sur 20 ans pour la province. Après deux ans de préparation, cette stratégie a été mise en veilleuse dès sa réception. Depuis lors, le transport ferroviaire de passagers a pris fin au Nouveau-Brunswick, les services de transport urbain ont réduit les itinéraires et les horaires, et maintenant le service d'autobus interurbain sera supprimé dans une grande partie de la province.

« La nourriture et le logement sont des nécessités de base, le transport est un besoin essentiel, mais à moins que le premier ministre ne fasse marche arrière, le transport sera réservé à ceux et celles qui peuvent se permettre les 10 000 dollars par an qu'il faut pour posséder une voiture, et avoir la santé nécessaire pour en conduire une. »

Nos principes

>Droits et responsabilités écologiques

Une culture fondée sur la coopération, la compassion et la compréhension est essentielle pour éradiquer la violence dans notre société. Notre système juridique doit avoir pour objectif la réadaptation plutôt que la répression.

>Autonomie locale

Nous devons, en tant que citoyens, avoir la possibilité et la responsabilité de contribuer au bien commun. Il est fondamental que tous aient le pouvoir de participer à la vie de la collectivité.

>Démocratie participative

Tous devraient avoir le même accès aux biens de première nécessité et être traités avec dignité et respect. Les traités conclus avec les Premières nations doivent être respectés.

>Justice sociale et égalité

Nous devons pouvoir participer aux décisions qui concernent notre vie et être assurés que notre vote se reflète dans la composition de l’Assemblée législative.

>Autodétermination et citoyenneté

Nos collectivités doivent avoir l’entière responsabilité de leur avenir, soutenues par une robuste économie locale et par des sources durables d’aliments locaux et d’énergie renouvelable.

> Une culture de la paîx et du respect

Nous devons apprendre à vivre dans les limites écologiques de notre planète et répondre efficacement à nos besoins énergétiques sans le faire aux dépens des générations futures, ni menacer la survie d’autres espèces.

Signe administratif