Le caucus vert propose un débat d'urgence à la législature sur les séances hybrides ou virtuelles

Fredericton — Cet après-midi, à l'Assemblée législative, le député du Parti vert de Kent-Nord et leader parlementaire par intérim Kevin Arseneau présentera une motion demandant un débat d'urgence sur les séances hybrides ou virtuelles de l'Assemblée législative. Un système hybride est utilisé à la Chambre des communes. Depuis septembre, les députés ont la possibilité de participer au débat et de voter virtuellement.

« Mes collègues du caucus et moi-même n'avons cessé de demander, depuis avril, un système virtuel ou hybride pour les séances de l'Assemblée, » a déclaré M. Arseneau. « L'Assemblée législative a eu plus de six mois pour étudier et mettre en place un système qui permettrait aux députés qui ne peuvent pas être à Fredericton pour des raisons de santé publique de représenter leurs électeurs en participant aux débats et en votant sur des lois importantes. »

L'article 45 du Règlement de l'Assemblée législative permet un débat d'urgence pour discuter d'une question spécifique et importante nécessitant un examen urgent. Selon M. Arseneau, permettre à l'Assemblée législative de continuer à fonctionner pendant une pandémie est d'une importance vitale pour la démocratie.

 « Nous ne pouvons pas nous permettre de suspendre nos institutions démocratiques en temps de crise, surtout lorsqu'il existe des options sécuritaires et éprouvées, comme cela a été démontré de manière convaincante à la Chambre des communes, » a affirmé M. Arseneau. « L'Assemblée législative n'a siégé que 12 jours complets d'affaires courantes sur 328 cette année. »

« Tandis que les membres de l'Assemblée législative sont invités à rester chez eux, le gouvernement demande aux travailleurs de la province, y compris les enseignantes et enseignants, les travailleurs et travailleuse de vente au détail et les travailleurs et travailleuses de la santé, d'aller travailler tous les jours, » a déclaré M. Arseneau. « La démocratie est un service essentiel. »

 

Nos principes

>Droits et responsabilités écologiques

Une culture fondée sur la coopération, la compassion et la compréhension est essentielle pour éradiquer la violence dans notre société. Notre système juridique doit avoir pour objectif la réadaptation plutôt que la répression.

>Autonomie locale

Nous devons, en tant que citoyens, avoir la possibilité et la responsabilité de contribuer au bien commun. Il est fondamental que tous aient le pouvoir de participer à la vie de la collectivité.

>Démocratie participative

Tous devraient avoir le même accès aux biens de première nécessité et être traités avec dignité et respect. Les traités conclus avec les Premières nations doivent être respectés.

>Justice sociale et égalité

Nous devons pouvoir participer aux décisions qui concernent notre vie et être assurés que notre vote se reflète dans la composition de l’Assemblée législative.

>Autodétermination et citoyenneté

Nos collectivités doivent avoir l’entière responsabilité de leur avenir, soutenues par une robuste économie locale et par des sources durables d’aliments locaux et d’énergie renouvelable.

> Une culture de la paîx et du respect

Nous devons apprendre à vivre dans les limites écologiques de notre planète et répondre efficacement à nos besoins énergétiques sans le faire aux dépens des générations futures, ni menacer la survie d’autres espèces.

Signe administratif