Le caucus des Verts demande au gouvernement Higgs d’instaurer un contrôle des loyers

FREDERICTON – David Coon le chef du Parti vert et député de Fredericton-Sud demande au gouvernement Higgs de mettre en place un contrôle des loyers afin de protéger les Néo-Brunswickois contre les augmentations de loyer déraisonnables.

« Les locataires du Nouveau-Brunswick ont moins de protections juridiques que les autres Canadiens », a déclaré M. Coon.  « C’est pourquoi j’ai tenté, en déposant un projet de loi il y environ deux ans, d’améliorer notre Loi sur la location de locaux d’habitation. »

Le projet de loi de M. Coon a donné lieu à un lobbying concerté de la part de certains promoteurs immobiliers locatifs pour convaincre le gouvernement et l'opposition officielle de le rejeter. Le projet de loi ne s’est pas rendu à l’étape de la deuxième lecture avant la fin de la session du printemps.

Depuis cette tentative des Verts pour renforcer les protections juridiques pour les locataires, la propriété du logement locatif au Nouveau-Brunswick a poursuivi son exode vers des sociétés hors de la province.

Coon ainsi que Megan Mitton, porte-parole des Verts pour Services Nouveau-Brunswick et députée de Memramcook-Tantramar, demandent à Mary Wilson, la ministre responsable de Services Nouveau-Brunswick, de présenter dès cet automne un projet de loi qui protégerait mieux les locataires du Nouveau-Brunswick contre les augmentations injustifiées.

« Le logement est un droit fondamental de la personne. Les augmentations importantes et injustifiables des loyers auront des conséquences néfastes telles que l'augmentation du nombre de sans-abri et une pauvreté accrue », a déclaré Mme Mitton. « Le gouvernement doit imposer des contrôles des loyers pour protéger les locataires et pour prévenir ces conséquences néfastes ».

Nos principes

>Droits et responsabilités écologiques

Une culture fondée sur la coopération, la compassion et la compréhension est essentielle pour éradiquer la violence dans notre société. Notre système juridique doit avoir pour objectif la réadaptation plutôt que la répression.

>Autonomie locale

Nous devons, en tant que citoyens, avoir la possibilité et la responsabilité de contribuer au bien commun. Il est fondamental que tous aient le pouvoir de participer à la vie de la collectivité.

>Démocratie participative

Tous devraient avoir le même accès aux biens de première nécessité et être traités avec dignité et respect. Les traités conclus avec les Premières nations doivent être respectés.

>Justice sociale et égalité

Nous devons pouvoir participer aux décisions qui concernent notre vie et être assurés que notre vote se reflète dans la composition de l’Assemblée législative.

>Autodétermination et citoyenneté

Nos collectivités doivent avoir l’entière responsabilité de leur avenir, soutenues par une robuste économie locale et par des sources durables d’aliments locaux et d’énergie renouvelable.

> Une culture de la paîx et du respect

Nous devons apprendre à vivre dans les limites écologiques de notre planète et répondre efficacement à nos besoins énergétiques sans le faire aux dépens des générations futures, ni menacer la survie d’autres espèces.

Signe administratif