Le chef du Parti vert appelle le premier ministre à ouvrir des négociations sur les droits territoriaux des Wolastoqey

Une fois de plus, les Premières Nations du Nouveau-Brunswick sont obligées de recourir aux tribunaux en raison du refus des gouvernements successifs de reconnaître et de mettre en œuvre leurs droits à la terre et aux ressources, malgré l’avertissement de la Cour suprême aux gouvernements provinciaux de reconnaître et de négocier la mise en œuvre de ces droits.

Hier, les chefs Wolastoqey ont annoncé qu’ils chercheraient à obtenir la reconnaissance par la Cour du titre de la Nation Wolastoqey sur leur territoire traditionnel. Cela fait suite au dépôt judiciaire de 2016 par Elsipogtog demandant la confirmation du titre de la Nation Mi’kmaq sur le district de Sikniktuk dans l’est du Nouveau-Brunswick.

« Les ministres libéraux et conservateurs des gouvernements successifs ont régulièrement reconnu lors d’événements publics que les Premières Nations du Nouveau-Brunswick n’avaient jamais cédé leurs terres, mais toute tentative des chefs des Premières Nations de négocier la mise en œuvre des droits territoriaux issus des traités a été rejetée », a déclaré David Coon, Chef du Parti vert et député de Fredericton-Sud.

 « J’appelle le premier ministre Blaine Higgs à ouvrir des négociations sur la mise en œuvre des droits territoriaux afin d’éviter une bataille juridique coûteuse et inutile qui aboutira inévitablement à la Cour suprême », a déclaré Coon.

Nos principes

>Droits et responsabilités écologiques

Une culture fondée sur la coopération, la compassion et la compréhension est essentielle pour éradiquer la violence dans notre société. Notre système juridique doit avoir pour objectif la réadaptation plutôt que la répression.

>Autonomie locale

Nous devons, en tant que citoyens, avoir la possibilité et la responsabilité de contribuer au bien commun. Il est fondamental que tous aient le pouvoir de participer à la vie de la collectivité.

>Démocratie participative

Tous devraient avoir le même accès aux biens de première nécessité et être traités avec dignité et respect. Les traités conclus avec les Premières nations doivent être respectés.

>Justice sociale et égalité

Nous devons pouvoir participer aux décisions qui concernent notre vie et être assurés que notre vote se reflète dans la composition de l’Assemblée législative.

>Autodétermination et citoyenneté

Nos collectivités doivent avoir l’entière responsabilité de leur avenir, soutenues par une robuste économie locale et par des sources durables d’aliments locaux et d’énergie renouvelable.

> Une culture de la paîx et du respect

Nous devons apprendre à vivre dans les limites écologiques de notre planète et répondre efficacement à nos besoins énergétiques sans le faire aux dépens des générations futures, ni menacer la survie d’autres espèces.

Signe administratif