Le Pont de Lamèque-Shippagan est un enjeu de sécurité affirme David Coon

David Coon, chef du Parti Vert, affirme qu’il remplacera le pont reliant les îles Lamèque et Miscou avec Shippagan et le reste de la Péninsule acadienne, dans les délais prescrits, soit au plus tard en 2022.

« Un gouvernement Vert ne jouera pas de petite politique avec les projets d’infrastructure dont le calendrier de réalisation est basé sur des normes de sécurité publique. La sécurité doit dépasser toute considération politique ou partisane », a affirmé monsieur Coon.

Lors de fermeture du pont, ces deux îles se retrouvent totalement isolées, comme ce fut le cas lors de la récente crise du verglas qui a sévi dans la région.

« Ce lien est vital pour l’industrie de la pêche, de la tourbe et des petits fruits qui foisonnent sur les îles. Il est aussi vital pour la survie des centres de santé communautaire de Lamèque et Miscou, dont 40% des employés proviennent de l’extérieur de ces deux îles. Il en est de même pour l’accès aux institutions scolaires et universitaire », affirme Marie Leclerc, candidate du Parti Vert dans Shippagan-Lamèque-Miscou.

Le pont Lamèque-Shippagan constitue le lien routier essentiel au quotidien pour plus de 10 000 personnes. Il est question d’urgence médicale, de sécurité économique, sociale et éducationnelle, selon la candidate. Près de 8000 véhicules y transitent chaque jour dont plus de 400 véhicules lourds*. 

Nos principes

>Droits et responsabilités écologiques

Une culture fondée sur la coopération, la compassion et la compréhension est essentielle pour éradiquer la violence dans notre société. Notre système juridique doit avoir pour objectif la réadaptation plutôt que la répression.

>Autonomie locale

Nous devons, en tant que citoyens, avoir la possibilité et la responsabilité de contribuer au bien commun. Il est fondamental que tous aient le pouvoir de participer à la vie de la collectivité.

>Démocratie participative

Tous devraient avoir le même accès aux biens de première nécessité et être traités avec dignité et respect. Les traités conclus avec les Premières nations doivent être respectés.

>Justice sociale et égalité

Nous devons pouvoir participer aux décisions qui concernent notre vie et être assurés que notre vote se reflète dans la composition de l’Assemblée législative.

>Autodétermination et citoyenneté

Nos collectivités doivent avoir l’entière responsabilité de leur avenir, soutenues par une robuste économie locale et par des sources durables d’aliments locaux et d’énergie renouvelable.

> Une culture de la paîx et du respect

Nous devons apprendre à vivre dans les limites écologiques de notre planète et répondre efficacement à nos besoins énergétiques sans le faire aux dépens des générations futures, ni menacer la survie d’autres espèces.

Signe administratif