Le chef du Parti vert qualifie de consternant le projet du gouvernement de continuer à brûler du charbon

FREDERICTON - Le chef du Parti vert, David Coon, qualifie de consternante la proposition du ministre de l'Environnement, Gary Crossman, de continuer à brûler du charbon au Nouveau-Brunswick, après la date limite fédérale de 2030 pour l'élimination progressive du charbon au Canada.

« Compte tenu de l'urgence climatique, c'est la décennie décisive où on doit remplacer notre dépendance à l'égard des énergies non renouvelables, comme les combustibles fossiles, par des sources d'énergie renouvelables, » a déclaré M. Coon. « Il y a seize ans, une exigence légale a été établie dans la Loi sur l'électricité, afin d'augmenter notre utilisation d'énergie renouvelable locale de 23 % à 33 % de l'électricité que nous consommons avant 2016. Aujourd'hui, notre utilisation des sources d'énergie renouvelables locales est passée à seulement 24 %. C'est choquant. »

Le ministre de l'Environnement Gary Crossman a proposé un règlement à la Loi sur les changements climatiques qui verrait Énergie NB continuer à rejeter dans l'atmosphère près de 3 millions de tonnes de pollution au carbone par année au cours des 10 prochaines années, avec de légères réductions au cours des années 2030. C'est ce qu'il propose au gouvernement fédéral pour obtenir ce qu'on appelle un accord d'équivalence, afin de continuer à brûler du charbon jusqu'en 2040.

« Nous avons besoin d'un plan d'énergie renouvelable et de conservation pour décarboniser notre société au cours de cette décennie, » a déclaré M. Coon. « On ne le voit nulle part. »

Nos principes

>Droits et responsabilités écologiques

Une culture fondée sur la coopération, la compassion et la compréhension est essentielle pour éradiquer la violence dans notre société. Notre système juridique doit avoir pour objectif la réadaptation plutôt que la répression.

>Autonomie locale

Nous devons, en tant que citoyens, avoir la possibilité et la responsabilité de contribuer au bien commun. Il est fondamental que tous aient le pouvoir de participer à la vie de la collectivité.

>Démocratie participative

Tous devraient avoir le même accès aux biens de première nécessité et être traités avec dignité et respect. Les traités conclus avec les Premières nations doivent être respectés.

>Justice sociale et égalité

Nous devons pouvoir participer aux décisions qui concernent notre vie et être assurés que notre vote se reflète dans la composition de l’Assemblée législative.

>Autodétermination et citoyenneté

Nos collectivités doivent avoir l’entière responsabilité de leur avenir, soutenues par une robuste économie locale et par des sources durables d’aliments locaux et d’énergie renouvelable.

> Une culture de la paîx et du respect

Nous devons apprendre à vivre dans les limites écologiques de notre planète et répondre efficacement à nos besoins énergétiques sans le faire aux dépens des générations futures, ni menacer la survie d’autres espèces.

Signe administratif