Le chef du Parti Vert déclare que l'Etat de la province doit donner la priorité au bien-être, aux communautés prospères et à l'environnement

L'état de notre province dépend du bien-être de notre population, de la santé de nos communautés et de l'intégrité de notre environnement, affirme le chef du Parti vert, David Coon, député de Fredericton-Sud.  Selon M. Coon, le discours du premier ministre sur l'état de la province doit indiquer comment il entend aider les Néo-Brunswickois à traverser la pandémie, tout en faisant face aux inégalités et à la dégradation de notre environnement.

« Les gens doivent avoir accès à des congés de maladie payés et à un logement pour s'isoler afin de respecter les consignes de santé publique », a déclaré le chef du Parti vert.  « Les augmentations de loyer doivent être plafonnées pour que les gens ne soient pas obligés de chercher en pleine pandémie un nouvel appartement dans des conditions de marché locatif serrées. »

Selon M. Coon, l'absence de soutien ciblé pour les petites entreprises les plus touchées par la pandémie, comme les restaurants et les bars, fait craindre à leurs propriétaires de ne pas passer à travers, tandis que le secteur des soins a du mal à recruter des travailleurs en raison des bas salaires et des conditions de travail exécrables.

« La bulle de l’Atlantique a mis en évidence que nous sommes une région unique avec des problèmes communs qui seraient mieux traités par la collaboration, tels que la transition vers les énergies renouvelables, la mise en place de transports publics, la création d'un approvisionnement alimentaire local et la mise en œuvre d'un revenu de base garanti », a déclaré M. Coon.  « Mais, lorsque nous regardons la Nouvelle-Écosse et l'Île-du-Prince-Édouard, nous voyons le chemin qu’il reste à parcourir au Nouveau-Brunswick pour arrêter la dégradation de son environnement et la destruction des forêts et des habitats d'eau douce par la pollution plastique incessante ».

Le chef du Parti vert affirme que la province ne pourra pas vraiment avancer tant que le racisme systémique n'est pas éradiqué et qu'une relation respectueuse n'est pas établie avec les Premières nations.  « J'espère sincèrement que dans son discours sur l'état de la province, le premier ministre nous dira comment il entend mettre fin à l'injustice raciale et cherchera à se réconcilier avec les peuples autochtones », a déclaré M. Coon.

Nos principes

>Droits et responsabilités écologiques

Une culture fondée sur la coopération, la compassion et la compréhension est essentielle pour éradiquer la violence dans notre société. Notre système juridique doit avoir pour objectif la réadaptation plutôt que la répression.

>Autonomie locale

Nous devons, en tant que citoyens, avoir la possibilité et la responsabilité de contribuer au bien commun. Il est fondamental que tous aient le pouvoir de participer à la vie de la collectivité.

>Démocratie participative

Tous devraient avoir le même accès aux biens de première nécessité et être traités avec dignité et respect. Les traités conclus avec les Premières nations doivent être respectés.

>Justice sociale et égalité

Nous devons pouvoir participer aux décisions qui concernent notre vie et être assurés que notre vote se reflète dans la composition de l’Assemblée législative.

>Autodétermination et citoyenneté

Nos collectivités doivent avoir l’entière responsabilité de leur avenir, soutenues par une robuste économie locale et par des sources durables d’aliments locaux et d’énergie renouvelable.

> Une culture de la paîx et du respect

Nous devons apprendre à vivre dans les limites écologiques de notre planète et répondre efficacement à nos besoins énergétiques sans le faire aux dépens des générations futures, ni menacer la survie d’autres espèces.

Signe administratif